DÉJEUNER-CAUSERIE EN PHOTOS

Afin de souligner l’année Léopold Sédar Senghor et la Journée internationale
pour la tolérance, Impératif français organisait un déjeuner-causerie le
dimanche 19 novembre à 11 heures, à l’agora Gilles-Rocheleau de la Maison du
Citoyen. Pour la circonstance, monsieur Bernard Landry, ancien premier ministre
du Québec et professeur à l’UQàM, a prononcé une conférence ayant pour thème «
La nation, contrepoids à la mondialisation ».


Le Droit publiait dans son édition du lundi 20 novembre 2006 un article de la
journaliste Justine Mercier suite à une entrevue réalisée avec M. Bernard Landry
juste avant sa conférence. Nous publions ci-dessous un extrait de cet article:

Landry répète les promesses du PQ aux fonctionnaires

Mercier, Justine

La promesse faite en 1995 par le Parti québécois de transférer, sans les
déménager, les fonctionnaires fédéraux de l’Outaouais au sein de la fonction
publique d’un éventuel état québécois était réaliste, et elle l’est encore en
2006, selon l’ancien premier ministre du Québec, Bernard Landry.

Il s’agit là d’un calcul mathématique "d’une simplicité absolue", affirme M.
Landry, qui était de passage à la Maison du citoyen de Gatineau, hier, lors d’un
déjeuner-causerie organisé par Impératif français.

"L’état national du Québec va assumer tous les pouvoirs d’un état souverain,
y compris un certain nombre de choses qui sont faites aujourd’hui par le
gouvernement fédéral, a-t-il déclaré. Quand le Québec assumera toutes ces
tâches, il aura besoin de tout le personnel."

Pour l’ancien chef péquiste, la difficulté que connaît l’Outaouais à
atteindre le seuil du 25 % des emplois fédéraux de la grande région de la
capitale ne fera que faciliter l’embauche de tous les fonctionnaires au sein de
la fonction publique d’un état québécois.


Extrait de La Revue et du site
www.info07.com :

La nation québécoise à l’ère de la mondialisation

L’ancien premier ministre Bernard Landry a
donné une conférence dimanche midi, sous
le thème La nation, contrepoids à la
mondialisation.(Photo:Dominique Poirier)

La nation québécoise à l’ère de la mondialisation

«Il y a un cours d’eau, sur le bord duquel notre drapeau ne se trouve pas et
il faut qu’il y aille. Ce cours d’eau, qui n’est pas au Québec, s’appelle l’East
River, à New York. Le jour où notre drapeau se trouvera sur les bords de l’East
River, il fera face à l’immeuble des Nations Unies. Et là le monde entier aura
compris, nos ex-compatriotes du Canada comme tous les hommes et les femmes de
toute la planète, que nous avons choisi la liberté.»

Pour plus de renseignements :

http://www.info07.com/article-53643-La-nation-quebecoise-a-lere-de-la-mondialisation.html


Quelques bénévoles


Un public intéressé !


Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français


Bernard Landry, ancien premier ministre du Québec


Un public intéressé !


Bernard Landry, ancien premier ministre du Québec


Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français, et Bernard
Landry, ancien premier ministre du Québec


ACCOMMODEMENT RAISONNABLE ET QUéBEC SOUVERAIN
Landry préfère l’intégration

(Article publié dans le journal « 24 heures » du lundi 20 novembre 2006)