ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE FRANCOPHONE

Articles extraits du journal marociain
www.lematin.ma

Assemblée parlementaire francophone : Appel à la ratification de la
convention internationale sur la diversité culturelle

03.07.2006 | 15h14

La 32e session de l’Assemblée parlementaire francophone (APF), tenue à Rabat
et consacrée à la diversité culturelle et au plurilinguisme est une nouvelle
occasion pour célébrer la langue française, qui unit les 170 millions de
locuteurs recensés dans le monde, et qui rassemble aussi les 500 millions de
personnes vivant dans les 56 Etats et gouvernements de l’Organisation
internationale de la Francophonie (OIF). Langue officielle et de travail de la
plupart des organisations internationales (Onu, Unesco, OMS…) mais également
de l’Union européenne, des organisations régionales africaines et des Jeux
Olympiques, le français est aujourd’hui la deuxième langue de communication
internationale.

Devant la tentation du monolinguisme anglais qui progresse sensiblement, la
Francophonie s’emploie, au nom de la diversité linguistique et culturelle, à
conforter et développer la place du français dans la vie internationale. Pour
Abdou Diouf, secrétaire général de l’OIF, la question de la diversité culturelle
et linguistique constitue un axe prioritaire de l’action de la Francophonie.

C’est pourquoi, il lance un appel pressant à ratifier rapidement la
convention internationale sur la diversité culturelle. "J’appelle tous les élus
de l’espace francophone à oeuvrer à la ratification rapide de la convention
internationale sur la promotion de la diversité des expressions culturelles", a
déclaré M. Diouf. "Si plusieurs pays ont adopté cette convention, et cinq l’ont
ratifiée, seuls deux pays membres de l’OIF, le Canada et Maurice, ont déposé les
instruments de ratification de cette convention", a indiqué M. Diouf, ajoutant
que "la mobilisation doit se poursuivre tant que toutes les étapes de la
ratification ne sont pas franchies". Il a également mis en exergue la portée
l’adoption récemment par l’Unesco de la Convention sur la protection et la
promotion de la diversité des expressions culturelles, relevant que les
dispositifs prévus dans le texte peuvent être mis en place lors de la prochaine
Conférence générale de l’Unesco en 2007. "Il est crucial qu’un nombre aussi
important que possible d’Etats membres aient déposé leur instrument de
ratification (…) d’ici le prochain Sommet de Bucarest" prévu du 25 au 29
septembre prochain, a-t-il dit.

A ce propos, le Maroc salue la Convention sur la protection et la promotion
de la diversité des expressions culturelles, qui est "en cours de finalisation
avant l’adoption des mesures nécessaires en vue de sa ratification par le
Royaume", a indiqué S.M. le Roi Mohammed VI. Dans un message adressé aux
participants, le Souverain a souligné que "la diversité culturelle, tant au
niveau national qu’international, a toujours été source d’enrichissement" pour
le Maroc.

"C’est pourquoi, a précisé S.M. le Roi, nous avons veillé, à travers nos
politiques nationales en matière de culture, d’éducation et d’enseignement,
aussi bien qu’au niveau de notre politique de régionalisation, à ce que tout
soit mis en oeuvre pour assurer la préservation de la diversité culturelle du
Royaume, notamment en encourageant l’apprentissage des langues étrangères à un
âge précoce et en appelant à la sauvegarde des cultures et des traditions
locales, dans toutes leurs manifestations orales, écrites et matérielles".
Pour sa part, l’administrateur de l’OIF, Clément Duhaime a souligné l’importance
d’intégrer les jeunes dans l’espace de la francophonie.

M. Duhaime a mis en relief notamment quelques points de la réforme de l’OIF,
dont le lancement prochainement du projet "Jeunes volontaires" afin d’inciter
les jeunes génération à intégrer l’espace francophone.

Les débats de cette journée se sont articulés autour de la "diversité
linguistique", avec les interventions notamment du directeur du Collège Royal,
Abdejalil Lahjomri, ainsi qu’autres communications sur la "diversité
linguistique, élément de la diversité culturelle", "la disparition des langues"
ou encore "la politique de l’OIF en matière de diversité linguistique et la
promotion du français dans les TIC".


Adoption en plénière du projet de résolution sur la Palestine

L’Assemblée parlementaire francophone (APF), réunie du 30 juin au 3 juillet à
Rabat dans le cadre de sa 32e session, a adopté en séance plénière un projet de
résolution sur la Palestine, sur proposition de la commission politique.

A travers ce projet, l’APF rappelle ses précédentes résolutions concernant la
situation au Proche-Orient et réaffirme sa conviction que l’établissement d’une
paix juste et durable passe par la coexistence d’un Etat palestinien et d’un
Etat israélien se reconnaissant mutuellement.

L’APF condamne tous les actes d’agression perpétrés contre les populations
civiles d’où qu’ils viennent ainsi que les interpellations de membres du
gouvernement et du Conseil législatif palestinien, exigeant leur libération
immédiate et sans condition.

Le projet de résolution réprouve les dommages causés par l’armée israélienne
aux infrastructures indispensables à la vie du peuple palestinien, soulignant
que ces agressions de même que les violations répétées de l’espace aérien du
Liban et de la Syrie sont contraires aux principes du droit international et des
résolutions des Nations unies.

En outre, l’APF appelle la communauté internationale, notamment le Quartet et
les Nations unies, à prendre d’une manière urgente les mesures nécessaires pour
faire cesser ces actes, et d’amener Israël et l’Autorité palestinienne à
poursuivre les négociations sur la base de la légalité internationale.

L’Assemblée souhaite, par ailleurs, la libération immédiate de toutes les
personnes retenues prisonnières depuis les derniers événements du 25 juin
dernier.