ANNÉE RECORD POUR LES PLAINTES

Les deux nouvelles ci-dessous sont extraites du site Web de Radio-Canada et
font suit au communiqué quMImpératif français a émis à ce sujet:


http://radio-canada.ca/nouvelles/societe/2006/01/06/001-OQLF-plaintes-2004-2005.shtml


http://radio-canada.ca/regions/ottawa/2006/01/05/005-imperatif-francais.shtml

Année record pour les plaintes

La situation du français se dégrade au Québec, selon le rapport de l’Office
québécois de la langue française (OQLF) qui a connu une année record pour le
nombre de plaintes déposées pour des infractions à la Charte de la langue
française.

L’organisme signale une augmentation des plaintes de l’ordre de 55 % dans
l’ensemble de la province en 2004-2005 par rapport à 2003-2004. Ainsi, l’OQLF a
enregistré 4014 plaintes comparativement à 2591 l’année précédente, une
augmentation de 1423 plaintes.

C’est en Outaouais que la situation s’est le plus détériorée avec une
augmentation de 266 % du nombre de plaintes. Le nombre de requêtes est passé de
196 en 2003-2004 à 711 en 2004-2005.

Un organisme de défense de la langue française, Impératif français, réclame
la nomination d’un agent à temps plein pour enquêter sur les plaintes formulées
dans la région.

Impératif français affirme que les chiffres de l’Office sont très
révélateurs, d’autant plus que le traitement d’une plainte peut prendre jusqu’à
un an, ce qui peut dissuader plusieurs citoyens d’en déposer une.

« Avec les chiffres fournis par l’Office, on voit bien que la francisation
prend du recul, avance le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault.
On demande au gouvernement de prendre ses responsabilités, d’augmenter les
ressources et de bien vouloir les moduler selon les besoins régionaux. Et en
Outaouais, les besoins sont criants . »

Protection de la langue
Le français prend du recul en Outaouais

Mise à jour le vendredi 6 janvier 2006, 14 h 19 .

Selon
Impératif français, la situation du français dans la région ne cesserait de se
détériorer depuis quelque temps. L’organisme se base sur des chiffres de
l’Office québécois de la langue française pour faire cette affirmation.

En 2004-2005, le nombre de plaintes en Outaouais a augmenté de près de 263 %,
passant de 196 à plus de 700! Devant cette situation, le président d’Impératif
français, Jean-Paul Perreault, insiste pour que l’Office affecte à temps plein
un agent au traitement des plaintes en Outaouais.

Impératif français affirme que les chiffres de l’Office sont très
révélateurs, d’autant plus que le traitement d’une plainte peut prendre jusqu’à
un an, ce qui peut dissuader plusieurs citoyens d’en déposer une.

« Avec les chiffres fournis par l’Office, on voit bien que la francisation
prend du recul. On demande au gouvernement de prendre ses responsabilités,
d’augmenter les ressources et de bien vouloir les moduler selon les besoins
régionaux. Et en Outaouais, les besoins sont criants », plaide Jean-Paul
Perreault.

(Le 6 janvier 2006)