Y A-T-IL DU FRANÇAIS À BORD ?

Un récent message d’un sympathisant, steward dans une grande compagnie
aérienne, confirme les menaces qui pèsent sur l’emploi du français lors des vols
partant ou aboutissant en France et dans les pays francophones.

Ainsi il écrit :
…notre direction (je travaille pour [nom d’un grande compagnie
américaine, caché par sécurité] ) qui veut se débarrasser des "speakers" sur
ses vols par mesure d’économie (nous sommes payés 55 centimes d’euro de l’heure
pour parler une langue étrangère…) Il y a un an, à peu près, nous avions 3
navigants parlant les "langues de destination" sur chaque vol. Aujourd’hui nous
en sommes à 2 et le 1er juillet nous passons à 1, pour éventuellement ne plus en
avoir du tout, SAUF sur les vols vers le Japon (les Japonais ne veulent pas
voyager sur des vols "tout Anglais"…

à l’approche de la période des vacances il faut nous préparer à agir, lors de
nos voyages en avion, si la langue française n’est pas employée dans tous les
messages destinés aux voyageurs lorsque le vol part d’une ville francophone ou y
arrive.

Il appartient à chacun de manifester sa protestation suivant son tempérament.

Même les plus timides peuvent faire savoir discrètement à hôtesse ou au
steward, qu’il s’étonne de l’absence de traduction en français. Les plus
audacieux pourront faire savoir haut et fort leur mécontentement. Nous pouvons
tous écrire à la compagnie coupable de cette discrimination linguistique.

Serons-nous au moins aussi combatifs que les Japonais ?

Bonnes vacances.

Marceau Déchamps
vice-président
Défense de la langue française
dlf78@club-internet.fr

(Le 9 juin 2005)