NON À LA « CONSTITUTION » DE GISCARD

Cet argumentaire – plutôt "gaulliste" – de synthèse pour le "non" au
referendum est un premier produit des réflexions d’une vingtaine (maintenant) de
mouvements de "gauche" et de "droite" favorables au maintien et à la résurgence
d’une France libre et indépendante.

Il doit être encore affiné avant d’être distribué aux responsables, et
décliné en tracts.

Vous voyez que les combats du Québec et de la France pour la souveraineté
sont très apparentés. Vous voyez que le Québec et la politique d’Ottawa sont
cités.

Nous tous les francophones dans le monde entier, et d’abord nos communautés
de langue maternelle, subissons les mêmes pressions.

Nous sommes de plus en plus solidaires!

Si vous le souhaitez, vous pouvez montrer ces arguments aux Français qui
passent à votre portée et qui ne sauraient pas comment voter.

Il faut les amener à voter "non" en juin

Merci de toute votre aide!

SF. Albert Salon.
albertsalon@noos.fr

(Le 9 février 2005)

****************************

NON à la « Constitution » de Giscard !

« France, ta vérité est dans ton NON ! » (ou : Français, le salut est en
votre NON)

Français, votre asservissement est dans l’escroquerie du « oui »*

  1. Cette « constitution» VOUS DEROBE la FRANCE! en une dernière étape de
    l’asservissement des grands états de l’Union.
     
  2. On vous propose en échange un LEURRE : une « Europe-puissance » virtuelle,
    en fait étouffante et IMPUISSANTE.
     
  3. Et une Europe non-européenne, féodale, sans Défense indépendante, VASSALE,
    par Bruxelles, de l’Empire anglo-saxon.

Europe sans les peuples, dissous dans les COMMUNAUTARISMES.

  1. Vous perdez votre vraie CITOYENNETE, pour un titre illusoire de « citoyen
    de l’Union », machine non-démocratique. Constatez le TOTALITARISME de la
    pensée unique.
     
  2. Le traité « voleur d’âmes » renforce la dépossession, jusqu’ici
    insidieuse, des cultures et des LANGUES européennes, au profit de l’anglais.

     
  3. Cherchez la dimension SOCIALE : elle est INTROUVABLE.
     
  4. Le traité renforce l’entreprise communautaire de DéPRESSION éCONOMIQUE des
    états fondateurs :

Le traité traduit une idéologie ultra-libérale, destructrice des protections.

En « zone EURO » le développement économique est bien moindre qu’au dehors.

Les SERVICES PUBLICS sont abandonnés aux caprices de l’Union
L’aménagement du territoire est confisqué par l’Union.
L’agriculture française est sacrifiée à l’idéologie.

  1. Voyez la « turquerie » dans l’admission enclenchée de la TURQUIE.
     
  2. Sachez le : il y a une VIE APRES le « NON» : les coopérations à la carte
    entre états souverains, pour des Airbus et Ariane – et surtout une
    civilisation de la diversité – impossibles sous Bruxelles.

C’est le « oui » qui mène au grand saut dans le vide.

  1. En somme : NON ! pour refaire l’Europe des Nations, gardant la France.

En 1954, le rejet du traité C.E.D a permis à la République de redonner à
l’Europe des bases assainies et de signer dès 1957 le Traité de Rome, bien
adopté en 1958 par le Général de Gaulle.

En 2005, un "non" français au présent traité donnerait une chance à
l’Europe vraie, celle de la diversité et de la liberté. L’honneur de la France :
être la première à le « porter haut et fier » Son nom rime avec Résistance.

Un solide argumentaire, plus détaillé, mais concentré en quelques pages, a
été élaboré par 12 mouvements souverainistes de gauche, de droite et du centre,
hors extrêmes. Si vous souhaitez l’obtenir pour mieux étayer votre « non »,
ainsi que divers tracts portant sur tel ou tel de ses aspects, demandez-les à :
(à compléter par chaque organisme qui l’utilise, le
diffuse, et souhaite faire distribuer des tracts
)