MAIRE DE TOKYO

"La langue française est une langue inapte au calcul. Il est tout a fait
normal qu’une telle langue soit disqualifiée sur le plan international."

Tels sont les propos tenus par le maire de Tokyo, M. Shintaro Ishihara, fin
2004, lors de l’inauguration d’une université.

Depuis cette date, un groupe de Français, travaillant au Japon, s’est
constitué en association et a décidé d’obtenir des excuses publiques de M.
Shintaro Ishihara. Devant le silence de celui-ci et le peu d’empressement de la
représentation diplomatique française au Japon à appuyer son action*, ce groupe
a déposé une plainte devant le tribunal de Tokyo pour obtenir des excuses et
réparation du préjudice subit (certains des plaignants organisent des cours
d’apprentissage du français).

Une pétition a été ouverte et M. Malik Berkane, responsable du groupe
protestataire, sollicite nos signatures pour faire pression sur les autorités
japonaises.

Je vous encourage à y participer en vous connectant à l’adresse

http://www.classes-de-francais.com/ishihara
et en cliquant sur le paragraphe
2.

Marceau Déchamps
vice-président
Défense de langue française

* Le 4 juillet, DLF a envoyé une lettre de protestation à l’ambassadeur du
Japon à Paris, avec copie au ministère des Affaires étrangères et à la
Délégation générale à la langue française. à ce jour nous n’avons pas reçu de
réponse.

(Le 4 août 2005)