LETTRE AUX SOCIÉTÉS SAVANTES

Avenir de la langue française
Association loi 1901

Le président

Nos réf.: CD MP
2005/056.10

Paris, le 27 avril 2005

Société française d’Astronomie et d’Astrophysique
Mme Suzy Collin-Zahn
Observatoire de Paris – Section de Meudon 5, Place Janssen
92195 Meudon

Objet : Lettre aux animateurs des sociétés savantes sur la nécessité d’une
politique linguistique de la recherche française.

Madame,

Vous animez les activités d’une société savante et avez à coeur que les
connaissances se répandent parmi les chercheurs scientifiques et dans le public.
Nous vous en remercions et nous en réjouissons.

Les associations de promotion de la langue française s’efforcent depuis des
années d’alerter les dirigeants de notre pays sur les graves conséquences du
recul incessant du français dans la communication scientifique, et de les
inciter à mettre en oeuvre une politique efficace en sa faveur. La régression de
la publication scientifique en français continue cependant dans une indifférence
apparemment résignée, au point que l’activité intellectuelle en français risque
bientôt de dépérir.
Or le débat en cours sur l’organisation de la recherche conduit à s’interroger
sur le rôle social des chercheurs : comment leur activité peut-elle bénéficier,
matériellement et intellectuellement à leurs concitoyens ? Comment peut-elle
contribuer à la justice sociale, à la solidarité nationale et à l’épanouissement
intellectuel ? Comment peut-elle participer au rayonnement de la France ?

Les chercheurs en effet ne peuvent pas se considérer comme des membres d’une
élite internationale formée de leurs seuls collègues, et devant laquelle seule
ils auraient à rendre compte de leur activité. Fonctionnaires publics pour la
plupart, ils ont certes des droits mais aussi des devoirs envers la communauté
nationale. Leurs concitoyens, qui les équipent et les rémunèrent, sont en droit
d’attendre d’eux des résultats : résultats scientifiques qui entrent dans le
patrimoine intellectuel mondial, mais aussi résultats pratiques aidant à
produire des biens et à assurer des emplois, et enfin résultats sociaux obtenus
en formant la jeunesse, et en transmettant les connaissances scientifiques afin
de permettre à chacun de comprendre le monde. Et, comme tous leurs compatriotes,
les chercheurs français ont aussi des obligations envers les habitants des pays
où le français est langue de communication et d’ouverture au monde.

Or, à présent les chercheurs français ont pris l’habitude de ne plus publier
qu’en anglais. Ils espèrent ainsi communiquer facilement avec les chercheurs
étrangers des pays développés, mais ne transmettent presque plus leurs
connaissances ni à leurs compatriotes, ni aux habitants des pays francophones.
Enfin, ils découragent les chercheurs et, surtout, les étudiants des pays de la
Francophonie ainsi que des pays tournés par tradition vers la culture française.
Cet abandon nuit à la recherche française, à l’influence française dans le monde
et à la cohésion sociale en France même.

L’usage international de l’anglais est un fait incontestable, mais
l’exclusivité consentie, de fait, à l’anglais en France ruine la position
internationale de la France, affaiblit sa vitalité intellectuelle et ébranle sa
cohésion sociale.

Connaissant votre attachement à la diffusion de la connaissance, je me
permets de vous proposer de nous rencontrer pour envisager quelles actions
pourraient être entreprises.

Le texte joint à ce courrier est un appel signé de plusieurs lauréats
français du prix Nobel ou de la médaille Fields, insistant sur l’importance de
la langue nationale pour la formation intellectuelle. Nous vous proposons de
vous joindre à cet appel, personnellement et au nom de votre société, afin de
demander que l’usage de la langue française soit abordé dans le débat en cours
sur la recherche.

En vous remerciant vivement de l’attention que vous porterez à cette
proposition, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de notre respectueuse
considération.

  Albert Salon
ancien ambassadeur
président d’Avenir de la langue française et du FFI

LETTRE AUX SOCIéTéS SAVANTES SUR POLITIQUE LINGUISTIQUE DE
LA RECHERCHE

Société

Sigle

Président

adresse

CP

Ville

n°tél. I Courriel

date envoi

Association des Sciences du Langage

ASL

M. Jean Pruvot

Université de Cergy-Pontoise – UFR
Lettres et Sciences hu – 33, bd du Port

95011

Cergy-Pontoise

01 34 25 64 28

27/04/2005

Association française de linguistique appliquée

AFLA

Mme Anne-Marie Delaveau

2, place Jussieu – Tour centrale, case 7003

75005

Paris

 

27/04/2005

Association française de Sciences économiques

AFSE

M. Rodoplhe Dos Santos Ferreira

12, Place du Panthéon

75005

Paris

01 44 07 15 75

27/04/2005

Association française de Sociologie

AFS

M. Daniel Bertaux

59-61, rue Pouchet

75017

Paris

01 40 25 12 63

27/04/2005

Association francophone de la Communication parlée

AFCP

M. Jean François Bonastre

IUP – Université d’Avignon – 339, chemin des Meinajaries – Agroparc BP 1228

84911

Avignon cedex 9

X74 90 84 35 14

27/04/2005

Association pour le traitement automatique des langues

ATALA

M. Jean Veronis

45, rue d’Ulm

75230

Paris cedex 05

 

27/04/2005

Société des Neurosciences

/

M. Dominique Aunis

Université Victor Segalen – Bordeaux 2, Case 67 – 146, rue Léo Saignat

33076

Bordeaux cedex

05 57 57 37 40

27/04/2005

Société européenne d’Agronomie

ESA

M. Elias Ferres-Castiel

IANOG – Unité de recheche en agronomie – BP 01

78850

Thierval-Grigon

01 30 81 54 21

27/04/2005

Société française d ‘Acoustique

SFA

M. Philippe Blanc-Benon

23, av. Brunetière

75017

Paris

01 48 88 90 59

27/04/2005

Société française d’Astronomie et d’Astrophysique

SF2A

Mme Suzy Collin-Zahn

Observatoire de Paris – section de Meudon – 5, place Janssen

92195

Meudon

01 45 07 79 67

27/04/2005

Société française de Biochimie et de Biologie moléculaire

SFBBM

M. Alain-Jean Cozzone

4, av. de l’Observatoire

75006

Paris

 

27/04/2005


Avenir de la langue française
34 bis, rue de Picpus
75012 PARIS
11.0143 4016 51 – Télécopie 01 43 40 17 91

www.avenirlanguefrancaise.org

28 AVR. 2005