LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

Nous invitons tous les non-anglophones et les états membres de la
Francophonie à s’assurer de la mise en oeuvre de la résolution suivante de
l’Assemblée parlementaire de la Francophonie.

Impératif français
Recherche et communications
www.imperatif-francais.org

Imperatif@imperatif-francais.org

ASSEMBLéE PARLEMENTAIRE
DE LA FRANCOPHONIE

XXXIe SESSION
Bruxelles, 6 au 9 juillet 2005


PROJET DE RéSOLUTION
SUR L’USAGE DU FRANçAIS DANS LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie, réunie à Bruxelles du 7 au 9
juillet 2005, sur proposition de la commission de l’éducation, de la
communication et des affaires culturelles,

RAPPELANT que la promotion de la langue française, sa défense dans un
monde en voie d’uniformisation, constitue une des principales vocations de
l’Assemblée parlementaire de la Francophonie,

RAPPELANT les engagements des Chefs d’état et de gouvernement de la
Francophonie lors de tous les Sommets à faire de la promotion du multilinguisme
une priorité de la Francophonie,

RAPPELANT notamment le « Plan d’urgence pour la relance du français
dans les Organisations internationales » lancé au Sommet de Hanoï en 1997,

SOULIGNANT l’attachement de notre Assemblée à la défense du français
et du plurilinguisme, qui s’est notamment exprimée dans la « Déclaration de
Strasbourg » de son Bureau et dans la résolution adoptée lors de sa session de
Niamey en juillet 2003 sur le plurilinguisme au sein des états de l’Union
européenne et l’usage du français dans les institutions européennes,

SOULIGNANT que l’évolution vers le monolinguisme anglophone conduit
inéluctablement à l’utilisation généralisée d’une « langue » internationale
appauvrie et simplifiée qui aboutit à une logique de « langue unique, pensée
unique, système unique »,

AFFIRMANT que la diversité linguistique est un des éléments fondateurs
de la diversité culturelle,

SOUTENANT la nécessité de développer des liens forts entre les
différents espaces linguistiques,

SOUCIEUSE de voir préservé l’usage du français dans les organisations
internationales qui lui confèrent un statut de langue officielle et/ou de
travail,

SE FéLICITANT en particulier de la réelle application du bilinguisme à
l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe,

DEMANDE aux états membres de l’Organisation Internationale de la
Francophonie (OIF) de faire respecter avec la plus grande fermeté l’usage d’au
moins deux langues de travail,

LEUR RECOMMANDE que des instructions particulièrement fermes soient
données aux représentants nationaux francophones de s’exprimer en français
lorsque cette langue est l’une des langues officielles de l’organisation
internationale concernée,

LEUR RECOMMANDE de veiller avec la plus grande attention à ce que les
conditions de recrutement dans les organisations internationales exigent la
maîtrise d’au moins deux langues officielles,

DEMANDE à l’OIF et à ses états membres de travailler en liaison et de
soutenir l’action des organisations qui, telles la Fédération internationale des
professeurs de français, ont des capacités d’action sur le terrain,

ATTIRE L’ATTENTION sur la nécessité de présenter des candidats
francophones aux postes de responsabilité et de participer activement aux
travaux des structures et des instances des organisations internationales,

S’OPPOSE à ce que l’utilisation du français comme langue
internationale soit remise en cause sous prétexte d’efficacité et d’économie
budgétaire,

ESTIME que parler sa langue, être informé dans la langue de son pays,
est un droit qui ne doit être contesté à personne, sous aucun prétexte,

SOUTIENT la politique d’enseignement du français et de formation des
fonctionnaires internationaux que mène l’OIF et souhaite qu’elles soient
renforcées,

DéCIDE que notre commission de l’éducation, de la communication et des
affaires culturelles assure le suivi de la mise en oeuvre de la présente
résolution.