LE FRANÇAIS AU QUÉBEC

Sortie en librairie du livre : Le français au Québec, les nouveaux défis

Québec,
le 8 juin 2005. Les éditions FIDES viennent de faire paraître, en partenariat
avec le Conseil supérieur de la langue française, Le français au Québec, les
nouveaux défis
. Ce livre est un appel à la réflexion pour actualiser la
politique linguistique face aux défis des années 2005.

Un nécessaire chantier de réflexion sur la politique linguistique

Une trentaine d’années après la promulgation de la Charte de la langue
française, beaucoup de chemin a été parcouru, mais la situation du français
reste fragile, en butte à de nouvelles pressions. Comme l’écrit Guy Rocher :
« Il est certain que le contexte de 2005 est, à plusieurs égards, bien différent
de celui que l’on connaissait en 1977 […] Mais ce nouveau contexte, plutôt que
de nous rassurer sur l’avenir de la langue française au Québec, appelle
l’élaboration d’une nouvelle politique linguistique adaptée aux défis et aux
contraintes qui seront ceux du XXIe siècle […] La situation [actuelle] de la
langue française au Québec exige que s’ouvre un nouveau chantier de réflexion,
non pas d’abord sur une loi, mais sur la politique linguistique dont la loi sera
l’expression juridique et politique. »
La mondialisation de l’économie,
l’implantation massive des technologies de l’information, l’augmentation de
l’immigration, la reconnaissance de plus en plus grande des minorités, la
préoccupation des Québécois à l’égard de la qualité de leur langue, voilà autant
de données nouvelles dont il faut tenir compte.

Vingt auteurs, alimentés par une quarantaine d’experts

Vingt auteurs, alimentés dans leur analyse par une quarantaine d’experts,
ouvrent ce chantier de réflexion. Leurs constats et leurs propositions portent
sur des questions de statut de la langue et de qualité. Dans le domaine du
statut, les rapports langue et économie, langue et droits, langue et nouvelle
technologie, dynamique linguistique et immigration, diversité linguistique et
culturelle font l’objet d’investigation.

Chaque auteur s’est employé à faire le point sur une dimension particulière
de la situation du français en 2005. Presque tous abordent leur sujet en tenant
compte de l’évolution en cours, des défis à relever et des perspectives
d’avenir.

Trois grands axes de réflexion

Il ressort de l’ensemble des textes publiés dans ce livre ainsi que des
discussions au cours des tables rondes mises en place pour stimuler et alimenter
la réflexion des auteurs, une perspective commune de la situation linguistique
et l’idée que le contexte actuel en est un de mutation profonde et rapide qui
appelle un dispositif renouvelé de défense et de promotion de la langue
française au Québec.

L’ensemble des propositions peuvent être regroupées en trois grands axes :

doter la politique linguistique d’un volet international, prendre en compte la
diversité ethnolinguistique du Québec et être maître de sa langue.

La prise en compte de la diversité linguistique, ligne de force majeure du
contexte actuel, suppose une reconnaissance particulière des minorités et des
langues autochtones ainsi qu’une attention et une ouverture plus grande aux
valeurs propres aux groupes linguistiques. Elle invite à mieux rendre compte de
la situation linguistique, à mettre en place une politique d’intégration civique
et à affirmer le droit d’accès à la langue commune pour tous les immigrants.

L’ouverture d’un volet international vise à promouvoir la diversité
linguistique et à favoriser l’émergence d’une éthique de la diversité qui
permette le respect des langues et cultures dans chaque pays, mais aussi à
l’échelle supranationale.

être maître de sa langue dans une société de l’information est une des
conditions du développement économique et de l’innovation; c’est aussi un
facteur de cohésion et de bon fonctionnement de la société; dans un monde de
plus en plus ouvert, c’est le vecteur privilégié de l’identité; pour les
immigrants, apprendre la langue du pays d’accueil, c’est élargir sa liberté
d’action.

« Ce livre, a déclaré la présidente du Conseil supérieur de la langue
française, madame Nadia Brédimas-Assimopoulos, vient après Le français au
Québec, 400 ans d’histoire et de vie
, publié en 2000. Il constitue un effort
original pour renouveler la réflexion sur l’avenir linguistique du Québec et, à
ce titre, il servira de point de départ aux délibérations du Conseil. Il est
surtout une source d’information privilégiée pour les Québécoises et les
Québécois qui voudront se tenir informés et participer à la réflexion. »

Liste des auteurs : Guy Bertrand, Chantal Bouchard, Bernard Cleary,
Marie-éva de Villers, Louis-Jacques Dorais, Aline Francoeur, Christine Fréchette,
Pierre Georgeault, Patricia Lamarre, Michel D. Laurier, Monique Lebrun,
Catherine Melillo, Luc Ostiguy, Michel Pagé, Alain Prujiner, Guy Rocher, Réjean
Roy, Arnaud Sales, Alexandre Stefanescu, José Woehrling.

Pour plus d’informations :
www.cslf.gouv.qc.ca

Stéfanie Vallée, responsable des communications
Tél. : (418) 643-2956