LA TOUR DE PISE CANADIENNE

Encore une fois, le Canada a contré les mesures adoptées par le Québec,
notamment la Charte de la langue française, pour protéger sa spécificité et la
langue française, cette fois-ci par l’intermédiaire de la Cour suprême du
Canada, institution fédérale, communément appelée la tour de Pise canadienne.

Depuis son adoption en 1977, le gouvernement du Canada et la Cour suprême du
Canada n’ont cessé de limiter la portée de la Charte de la langue française. Le
plus récent jugement du haut tribunal fédéral va dans le même sens en ouvrant
une nouvelle brèche dans la Charte. Cette fois-ci, elle s’en prend à
l’obligation de fréquenter l’école française pour les enfants de parents n’ayant
pas fait la « majeure partie » de leurs études primaires ou secondaires en
anglais au Canada.

En agissant ainsi, le Canada, par l’intermédiaire de sa Cour suprême,
s’attaque au caractère français du Québec en ajoutant de l’eau aux forces
d’anglicisation des jeunes élèves du Québec, comme le révèle une étude récente
d’Impératif français réalisée à partir des statistiques officielles du ministère
de l’éducation du Québec :

« Le pourcentage de Québécois et Québécoises qui reçoivent leur enseignement
en français au Québec diminue année après année. De 1993-1994 à 2003-2004,
l’effectif francophone est passé de 90,1 % à 88,6 % de l’effectif total, tandis
que l’effectif anglophone augmentait de 9,7 % à 11,2 %. »

« En 2003-2004, 976 633 élèves fréquentaient le système francophone, soit une
baisse de 51 378 élèves (5 %) par rapport à 1993-1994. Le système anglophone
accueillait en 2003-2004 122 888 élèves, soit 12 275 élèves de plus (11,1 %)
qu’en 1993-1994. »

Cette constante spoliation par les institutions fédérales des législations
québécoises doit inciter le gouvernement du Québec à revendiquer et obtenir la
totalité des pouvoirs politiques et constitutionnels en matière culturelle et
linguistique à défaut de quoi la population du Québec devra redéfinir sa place
au sein de la fédération canadienne.

Source :

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
Tél. : (819) 684-8460

Imperatif@imperatif-francais.org

(Le 3 avril 2005)