LA « FRENCH TOUCH »

(Voir l’article ci-dessous de l’Agence France Presse)

C’est tellement GROS comme situation – burlesque jusqu’au ridicule: la France
honorant au plus haut niveau son propre «englissement» – que je me suis dit que
ça ne pourra pas passer comme lettre à la poste, cette fois-ci, en France même.

Ce peuple autrefois si fier et si orgueilleux – ce peuple-frère (voire père:
patrie de naguère) qui nous inspirait, nous, Québécois – n’aurait-il plus rien
dans le ventre…?

Plus rien hormis du Coca-Cola, des «French» Fries et du Macdo’s Chicken
Burger ???

M. Gélinas
m.gelinas@moncanoe.com

PS : Publiez ce mot si vous le désirez… Il faut les secouer, ces
Européo-Français capitulards! (Heureusement, tout de même, qu’il y a parfois
quelques [trop rares] exceptions: S. Delarochelle, «Naître à l’Histoire», aujourd’hui même en

http://www.vigile.net/05-2/TL-3.html#2
)

(Le 21 février 2005)


Musique électronique: les Arts et Lettres pour la « French touch »


PARIS (AFP), le 18-02-2005

Le duo français Air et deux autres musiciens électroniques Dimitri From Paris
et Philippe Zdar (Cassius), tous quatre figures de proue de la « French touch »,
l’un des principaux mouvements de la Techno, ont été faits chevaliers dans
l’ordre des Arts et des Lettres, jeudi soir à Paris, par le ministre de la
culture Renaud Donnedieu de Vabres.

Bénéficiant d’une renommée internationale depuis la fin des années 90 et
validée par des centaines de milliers de disques, la « French touch » regroupe des
musiciens, principalement des disc-jockeys « remixeurs » et des compositeurs
originaux.

« Toutes les musiques ont droit de cité au ministère de la culture », a
souligné M. Donnedieu de Vabres qui a souhaité « réparer un retard légitime en
rendre hommage aux meilleurs talents de la +French touch+ qui participent au
rayonnement de la France dans le monde entier ». C’est la première fois que les
musiques électroniques sont honorées par l’un des ordres de la République.

« Ces distinctions sont les symboles d’une nécessaire diversité, tout en
permettant de supprimer les antagonismes et les sectarismes et de sortir des
vieux clivages. On peut apprécier un opéra de Mozart et écouter aussi de la
techno », a indiqué à l’AFP le ministre de la Culture.

Créé en 1995, le duo Air composé par Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin, a
été qualifié par M. Donnedieu de Vabres de « lumineux sculpteur de son ». Après
avoir été fait également chevalier des Arts et Lettres, Philippe Zdar (Cassius)
a tenu à « remercier la liberté ». Pour Dimitri from Paris dont le tube « Sacré
Français ! » a fait le tour du monde des « dance floors », cette reconnaissance
officielle montrent que « les choses bougent vraiment beaucoup ».

Brice Mourer, président de Technopol, association de défense des musiques
électroniques et organisateur de la Techno-Parade, a souhaité que « cette
reconnaissance officielle, se prolonge par une reconnaissance professionnelle »,
rappelant que les « disc-jockeys » ne sont pas encore reconnus comme artistes à
part entière, notamment par la SACEM.

Le ministère de la culture avait déjà accueilli le mouvement techno français
le 15 septembre dans un  » message de réconciliation « .