DLF BRUXELLES-EUROPE

Bruxelles-Europe

Diversité linguistique

« On ne peut bien défendre sa langue qu’en parlant celle des autres »


COMMUNIQUé DE PRESSE

Ce mercredi 23 novembre 2005 s’est tenue à la Maison de la Francité (18. rue
Joseph II à 1000 Bruxelles) l’assemblée constitutive de la section «
Bruxelles-Europe » de l’association française « Défense de la langue française
». A l’instar de « DLF-France », la section « Bruxelles-Europe » est
indépendante de tout parti politique.

Outre « la défense et le rayonnement de la langue française sur le plan
national et sur le plan international », la section bruxelloise entend
promouvoir à la fois la diversité linguistique de l’Union européenne – dont la
devise est, rappelons-le, « L’unité dans la diversité » -, et le statut de la
langue française en tant que langue de travail et de communication interne et
externe de ses institutions. Ce faisant, la section bruxelloise entend prévenir
la dérive vers l’unilinguisme et la tentation du tout-anglais et veillera tout
particulièrement à ce que la communication des institutions de l’Union vers
l’extérieur et leurs régimes et pratiques administratives internes restent
cohérents par rapport à l’objectif proclamé de diversité culturelle et
linguistique.

Par ailleurs, la section « Bruxelles-Europe » souhaite apporter sa pierre à
l’édifice construit par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF)
en vue de la promotion du français et de la préservation de la diversité
culturelle et linguistique au plan mondial.

Un dîner a suivi l’assemblée. Il a été rehaussé par la présence de Jacques
TOUBON, député européen qui a été ministre français de la Culture et de la
Francophonie. Dans son allocution, Jacques TOUBON a mis l’accent sur le
caractère réducteur de la pratique de l’unilinguisme et sur la perte de
substance qu’elle entraîne dans les rapports humains et les relations
internationales. Il a plaidé en faveur d’une approche volontariste du
plurilinguisme, comportant, entre autres, l’effort d’apprentissage de la langue
des pays voisins (par exemple, entre la France et l’Allemagne) et le
développement des nouvelles technologies de la traduction. Il s’est aussi
félicité de la Communication de la Commission européenne du 22 novembre sur un
nouveau cadre stratégique pour le plurilinguisme et a invité les organisations
de la société civile, comme DLF, à prendre appui sur les efforts déployés dans
ce domaine par les instances nationales, en France, en Allemagne et dans
d’autres pays, et par celles de l’Union européenne.

L’assemblée constitutive de la section « Bruxelles-Europe » a élu un Conseil
d’administration de neuf membres. Il se réunira dans les tout prochains jours
pour désigner son bureau exécutif chargé de mettre en oeuvre les orientations et
décisions de l’assemblée.


DLF Bruxelles – Europe
1313 E Chaussée de Waterloo, 1180 Bruxelles

bxl-europe@skynet.be

 www.langue-francaise.org