DIOUF À L’UNION AFRICAINE

Le secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie
(Oif), Abdou Diouf, a exhorté l’Union africaine (Ua) à tout mettre en oeuvre pour
que la voix du continent soit entendue dans le monde et ses intérêts mieux
défendus.

«S’ils ne travaillent pas ensemble, les Africains s’affaiblissent. Le rôle de
l’Ua, c’est de tout faire pour que les forces s’additionnent, que la voix de
l’Afrique soit mieux entendue dans le monde», a-t-il déclaré hier à Paris au
cours d’un entretien.

«L’Ua porte désormais la dynamique du rassemblement des Africains sur des
enjeux décisifs pour l’avenir du continent», a estimé l’ancien chef de l’Etat
sénégalais, soulignant en outre la communauté de préoccupations entre l’Oif et
l’Ua.

A cet égard, il a indiqué qu’un mémorandum destiné à consolider la
coopération entre les deux institutions a été signé en mai dernier.

«Nous défendons les mêmes valeurs et nous avons les mêmes préoccupations pour
l’Afrique : La Francophonie est là pour construire et renforcer la solidarité
avec l’Afrique», a-t-il dit.

«Sur la démocratisation, la défense des droits de l’Homme, la prévention des
crises, toute l’expertise de la Francophonie est mobilisée pour travailler
conjointement avec l’Union africaine», a assuré le secrétaire général de l’Oif.

Selon lui, de nouvelles perspectives de coopération existent entre
l’organisation panafricaine et l’Oif, notamment sur l’accompagnement des
transitions politiques et l’appui institutionnel. «Nous avons en outre décidé
d’analyser et de réfléchir ensemble aux problématiques des pratiques politiques,
des processus constitutionnels ou de l’alerte précoce», a indiqué M. Diouf,
insistant sur l’importance de l’éducation dans le développement de l’Afrique.

L’éducation est une priorité pour l’Afrique, a noté le Président Diouf, qui a
précisé que l’Oif et l’Ua entendent mettre en commun leurs efforts pour
renforcer le secteur éducatif sur le continent.

«Nous avons longuement examiné ce dossier lors de nos entretiens à
Addis-Abeba. L’Agence intergouvernementale et l’Agence universitaire de la
Francophonie ainsi que les ministres de l’Education des pays francophones
(Confemen) sont en train d’approfondir le sujet avec leurs interlocuteurs auprès
de l’Ua pour mettre en oeuvre des projets de coopération communs», a conclu
l’ancien chef de l’Etat sénégalais.

Les perspectives de coopération entre l’Oif et l’Ua ont, rappelle-t-on, été
examinées en mai dernier à Addis-Abeba lors d’une visite effectuée par M. Diouf
au siège de l’organisation panafricaine.

(Article extrait du journal sénégalais Le Quotidien à

http://www.lequotidien.sn/articles/article.CFM?article_id=26117
)

(Le 5 juillet 2005)