DES JEUX DE CARTES EN ANGLAIS

Office québécois de la langue française
Voici deux plaintes au sujet de jeux de cartes vendus en anglais seulement.

TOUR DE JEUX
Galeries d’Anjou
Montréal
(514) 354-2111

http://www.tourdejeux.com/index.cfm

Ce magasin offre une grande variété de jeux de cartes à la clientèle
anglophone. Les francophones, par contre, s’y trouvent défaussés.

Dans un jeu de cartes anglais, les cartes sont A (ace), K (king), Q (queen),
J (jack), 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2. En français elles sont A (as), R (roi), D
(dame), V (valet) et le reste. Les articles sur le bridge dans les journaux
francophones écrivent toujours R, D et V ; idem les livres francophones sur les
cartes. Mais ce magasin ne vend que les cartes anglaises (K, Q, J), et ce,
depuis au moins un an, selon la gérante.

Elle justifia cette situation en prétendant que « beaucoup » de clients
préfèrent de jouer aux K, Q et J. Libre à eux d’acheter des cartes en anglais,
mais au Québec il est illégal d’en vendre sans vendre également, et aux mêmes
conditions, des cartes en français. Il faut signaler que l’emballage unilingue
anglais de ces jeux de cartes est également non conforme à la Charte de la
langue française.

Je demande de l’Office québécois de la langue française ouvre TOUS les jeux
de cartes pour en évaluer la conformité avec la CLF et qu’il insiste pour que
l’offre en français soit au moins aussi variée que l’offre en anglais, et que
les jeux de cartes en français soient vendus à conditions égales ou plus
favorables que les jeux en anglais.

Cette plainte vise TOUS les magasins de cette société. D’après la gérante, il
y en a cinq.

FRANC JEU
Place Versailles
7275, rue Sherbrooke Est
Montréal
(514) 352-1771

Ce magasin vend énormément de jeux de cartes en anglais mais que deux en
français (avec R, D, V pour le roi, la dame et le valet). La gérante, une
Française, prétend que même en France les cartes avec K, Q, J au lieu de R, D, V
sont assez répandues. Mais même si une vague anglolâtre dans l’Hexagone est en
train de noyer la langue de Molière, au Québec nous sommes censés avoir le droit
d’acheter ces produits dans notre langue.

Quand j’ai invoqué la Charte de la langue française, la gérante a répondu,
avec un soupir, en disant que beaucoup de personnes comme moi « râlent » de son
offre anglicisante en citant la CLF. Si elle éliminait les produits en anglais,
prétendit-elle, alors il n’y aurait pas plus que les deux jeux qu’elle vend en
français. Jolie excuse pour l’anglicisation du Québec.

Râleur, je demande que l’OQLF amorce une enquête pareille à celle que j’ai
demandée à l’endroit de Tour de jeux. J’invite mes concitoyens à râler avec moi.

**************

à propos, une cliente de l’un des commerces est intervenue (traduis ça « y a
foutu son gros nez ») pour me dire qu’elle n’avait jamais vu de cartes en
français, sous-entendant ainsi qu’en demandant un sacré jeux de cartes en
français j’étais trop exigeant. Pourquoi diantre les Québécois
n’interviennent-ils jamais, ou presque, pour défendre ceux qui réclament leurs
droits linguistiques ? Toujours prêts à défendre les anglomanes, rarement prêts
à défendre le français. Autre preuve de l’« ouverture » bien québécoise…

J’ai de plus en plus marre des québéconneries.

Adresses utiles:

Office québécois de la langue française
www.oqlf.gouv.qc.ca
info-plaintes@oqlf.gouv.qc.ca

Source:

Scott Horne
shorne@hornetranslations.com

NDLR – Dans quelle langue sont les jeux de cartes dans les casinos du Québec?

(Le 17 décembre 2005)