CONDITIONNEMENT AU « TOUT-ANGLAIS »

à: Courrier LE MONDE <
courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
>

Monsieur le Rédacteur en Chef,

Une page entière du MONDE des 16 et 17 janvier 2005, consacrée à TAGheuer,
porte en haut "What are you made of?" et en bas "Swiss avant-garde since 1860",
le tout sans aucune traduction française comme si le lecteur français se devait
d’être capable de comprendre cet " anglais de communication internationale" dont
nous parle le rapport Thélot.

LE MONDE pense-t-il, comme M. Claude Allègre l’a déclaré, que " dès
maintenant l’anglais ne doit plus être considéré en France comme une langue
étrangère"? Des amis du français en ont même conclu en lisant certains forums
que c’était le français qui devenait langue étrangère dans notre pays. Sans
aller aussi loin une modeste enquête chez un échantillon de vos concitoyens vous
montrerait que même des expressions fréquemment relevées comme "prime time",
"best of", "making of", "live", "stock options", "coming out" , etc. etc. ne
sont pas toujours comprises d’un très grand nombre de lecteurs même cultivés,
non plus que ne le sont des créations franglaises comme "des commodités
insuffisantes", des "facilités convenables" , des "motos customisées", des
"essais randomisés" ou des "cheveux plus vite brushés" sans compter tous les
mots estropiés se terminant en IC (ex. magic, fantastic, mozaic) au lieu de se
terminer par "que", ou se terminant par Y pour faire plus anglais (ex.
publicity, university) dont les différents médias se gargarisent en croyant
ainsi montrer leur modernisme. La structure française est également fréquemment
malmenée, suivant l’exemple de LA POSTE proposant des "authentiCS placements" et
non des "placemenents authentiques". Comment s’étonner  ensuite de la
dégradation de l’orthographe et du français dont chacun peut juger dans les
différents forums, même ceux consacrés à "l’éducation" ou plutôt à
l’enseignement.

Les jeunes sont constamment conditionnés dès leur âge tendre par les réclames
commerciales, depuis leur premier bavoir et leurs jouets portant des
inscr1ptions anglaises, jusqu’aux maillots ou chemises-en-T qu’ils nomment
souvent "tea-short ("!!) ou "tîchorte" ou "tîcheurte" au lieu de "tee-shirt" et
qui portent des expressions anglaises dont ils ignorent souvent le sens… ou la
vulgarité.

Convient-il au MONDE, journal de référence pour les étrangers, de continuer
cette véritable manipulation mentale dénoncée par bien des linguistes comme par
le Pr Charles Durand dans ses ouvrages dont "La manipulation mentale par la
destruction des langues" (éd.François-Xavier Guibert).

Cette fâcheuse habitude menace réellement notre langue comme elle menace
toutes les autres langues, y compris la langue anglaise véritable bien éloignée
de cette "langue anglaise de communication", langue au rabais que chacun écorche
à sa guise, proposée comme l’un des socles de l’enseignement futur. Le linguiste
et encyclopédiste anglais David Crystal, qui fait autorité dans le monde, ainsi
que les linguistes américains de la Société des Linguistes Américains, dénoncent
avec force cette évolution qui conduit à la destruction de la diversité des
langues et des cultures, ce qu’ils estiment "une catastrophe linguistique plus
grande que la  catastrophe biologique résultant de la disparition des
espèces". Ce n’est naturellement pas l’avis de ceux qui souhaitent que l’anglais
devienne LA langue universelle et menacent même ceux qui résisteraient car "Le
Centre ne devrait tolérer aucune résistance au règne de l’anglais", destiné à
donner à tous "une nouvelle vision du monde" (cf. LINGUISTIC IMPERIALISM du Pr
Phillipson , p.168) et à faire adopter les normes de communication américaine
(cf. PRAISE OF CULTURAL  IMPERIALISM de David Rothkopf cité dans un article
ancien du Monde Diplomatique )

Comme le Pr français Charles Durand et le Pr anglais Robert Phillipson ont pu
le constater, après bien d’autres dont un représentant de l’UNESCO, en suivant
durant une semaine les divers travaux d’un congrès mondial d’espérantophones, il
existe pourtant "une langue très bien faite" (Umberto Eco dixit) qui depuis plus
d’un siècle assure une communication équitable de qualité entre tous ceux qui
ont bien voulu en faire l’expérience et garantit , non seulement la protection
des langues et des cultures de chaque pays mais encore, sans sacrifice de temps
ou d’argent, aide efficacement à une meilleure étude de celles-ci pour
développer une culture humaniste commune dont le monde a bien besoin.

En espérant avoir enfin l’honneur de pouvoir faire connaître à vos lecteurs
la réalité du fait espérantiste qui s’oppose utilement au conditionnement
incessant qui nuit au français et à l’intoxication médiatique qui crée chez nos
concitoyens ne maîtrisant pas l’anglais un complexe d’infériorité linguistique
bien injuste, je vous prie de  bien vouloir agréer, Monsieur le Rédacteur
en Chef, mes remerciements anticipés et l’expression de mes salutations les plus
distinguées.

Maurice Sujet (principal honoraire de collège)
77320 Jouy-sur-Morin,
msujet@club-internet.fr

(Le 20 janvier 2005)