ARIANESPACE

Dans des articles parus sur le site Web d’Impératif français, il a déjà été
plusieurs fois question de la suppression du français dans les sites
internationaux (qui ont par ailleurs pour langue officielle le français, tel que
le site des Jeux Olympiques) parce que soi disant les frais d’entretien de cette
langue décidément mal aimée coûteraient cher, mais je vous entretiendrai du site
Arianespace, qui ne va pas enlever la langue non, mais qui possède une
bizarrerie… (partant du fait que peut-être par principe on n’accorde pas à la
langue française le droit de représentation malgré sa technologie?)

En effet, Arianespace, dont le site de lancement est basé à Kourou, en Guyane
française (un département français), le siège européen en France, adopte un site
bilingue. Si on se réfère au site Google, celui-ci proposera le site EN ANGLAIS.
En effet, l’index français possède dans l’adresse une frappe en plus ‘fr’, qui
signifie donc que le site anglophone est LA vitrine d’Arianespace puisque, pour
la langue anglaise, il n’y a pas « gb » dans l’adresse qui mène au site en
anglais.

Si nous regardons aussi les 23 actionnaires, nous constatons que les
actionnaires les plus nombreux sont français mais qu’ils représentent, c’est le
plus important, à eux seuls plus de 60 % du capital (Et le CNES, Centre national
d’études spatiales de la France, représente à lui seul plus de la moitié de ce
pourcentage). Si on y inclut les pays francophones (Suisse et Belgique) nous
obtenons 66 %.

Les autres états sont l’Allemagne (18,62 %) puis l’Italie (9,36 %), ce qui
représente, Allemagne + France : ~84 %, et si on ajoute l’Italie 94 %, Danemark,
Pays-Bas, Norvège et Suède se contentant à eux tous d’environ 5 %.

AUCUN PAYS ANGLOPHONE n’en fait partie et, vu la localisation géographique et
les apports financiers, ce site devrait être EN LANGUE FRANçAISE UNIQUEMENT,
voire doublé en langue allemande et même italienne. Mais non, on n’hésite pas à
balancer de l’argent pour angliciser un projet qui a été initialement porté par
la France, occupant donc le 1/3 rien qu’avec les contribuables français via le
CNES et les 2/3, toute « francophonie » confondue.

De même, les personnes employées à Arianespace portent des blouses blanches
ornées du sigle ESA (European Spatial Agency) et non ASE Agence spatiale
européenne. De plus, on échange avec le sigle ESA. Les contribuables français
apprécieront encore une fois.

Enfin, permettez-moi cette digression pas si hors sujet que ça, on ne
s’étonne de rien quand on voit qu’en France, les contribuables paient, contre
leur gré et bien sans s’en rendre compte, aussi l’éducation nationale pour
angliciser leurs enfants dès la maternelle et pour payer les dépressions d’une
majorité de professeurs outrés de voir leur profession détournée et même
dénaturée par l’obligation qui leur est faite de faire apprendre l’anglais quand
le but de leur métier est de faire en sorte que les petits Français assimilent
bien leur propre langue…..
Adresse utile :

Arianespace

http://www.arianespace.com/

Cédric Audet
cedriclaudet@neuf.fr

(Le 18 octobre 2005)