AMOUREUX DE LEUR LANGUE

Les
Québécois, les francophones du Nouveau-Brunswick et ceux de l’Ontario sont très
attachés à la langue française, selon un récent sondage SOM. L’étude a été
réalisée par les Radios francophones publiques à l’occasion de leur 50e
anniversaire.

L’enquête révèle que 70 % des Canadiens français auraient choisi la langue de
Molière comme langue première si on leur en avait donné le choix à la naissance.
Curieusement, cet engouement pour la langue française est moins prononcé dans la
région de Québec, où seulement 64 % des répondants auraient choisi le français
comme langue maternelle s’ils avaient eu le choix.

Toujours à Québec, près de 32 % des adultes francophones auraient choisi
l’anglais comme langue maternelle s’ils en avaient eu le choix à la naissance.
Ce goût pour l’anglais est moins prononcé chez les francophones du reste du
Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick.

Si certains experts comprennent mal les résultats de Québec, Jeanne Valois,
de la Chaire sur la culture d’expression française en Amérique du Nord de
l’université Laval, a une explication simple: les minorités francophones sont
plus conscientes de la valeur de leur langue.

Le sondage SOM indique aussi que sept Canadiens français sur 10 n’auraient
pas choisi une autre région francophone que la leur s’ils en avaient le choix.
Cet attachement est le plus fort au Nouveau-Brunswick, où 80 % des répondants ne
vivraient pas ailleurs que chez eux. Par contre, en Ontario, un répondant sur
quatre aimerait plutôt vivre au Québec.

Les résultats de ce sondage seront largement diffusés le 20 novembre de 9 h à
11 h, à la Première chaîne de Radio-Canada, dans le cadre d’une émission
spéciale sur les 50 ans des Radios francophones publiques. Les auditeurs des
quatre pays pourront participer à une tribune téléphonique sur la langue
française.

Le sondage a été réalisé au Canada, en France, en Belgique et en Suisse.
Celui du Canada a été mené auprès de 1086 répondants du Québec, du
Nouveau-Brunswick et de l’Ontario, dans des régions à forte concentration
francophone. Il comporte une marge d’erreur de 4 %, 19 fois sur 20.

(Nouvelle extraite du site de Radio-Canada

http://radio-canada.ca/nouvelles/societe/2005/11/19/001-langue-sondage.shtml

le 19 novembre 2005)