WAL-MART

Note d’Impératif français : Nous publions à la fin de ce texte un extrait
d’un article de L’actualité du 15 octobre 2004 où il est fait mention des
efforts de Wal-Mart pour respecter la diversité culturelle mondiale incluant
bien sûr la francophonie. Sauf que cet article passe sous silence les pratiques
publicitaires aussi dissymétriques que discriminatoires et, en tout état de
cause, inacceptables de Wal-Mart.

Selon qu’elle s’adresse au marché canadien ou au marché québécois, la
compagnie Wal Mart recourt à l’unilinguisme anglais ou au bilinguisme,
pratiquant ainsi une politique publicitaire du type « deux poids, deux mesures
».

Par exemple, sa publicité commerciale, notamment ses circulaires, sont
unilingues anglaises lorsqu’elle est destinée au marché ontarien et bilingue
pour le marché québécois.

Il va sans dire que si Wal-Mart juge approprié de solliciter les
consommateurs uniquement en anglais au Canada hors Québec, elle devrait, de la
même façon, ne s’adresser aux consommateurs québécois qu’en français. Non, pas
du tout, cette société qui semble trouver facilement les ressources humaines et
financières pour confectionner des versions bilingues à l’intention des
anglophones du Québec, ne trouve plus une cenne à dépenser quand vient le temps
de desservir les francophones du reste du Canada.

Dans le cadre de ses programmes de francisation des entreprises, l’OQLF
devrait intervenir auprès des nombreuses compagnies qui, comme Wal-Mart,
adoptent des pratiques de mise en marché « deux poids, deux mesures » afin
qu’elles cessent d’angliciser le Québec au moyen de circulaires étiquetées «
bilingual ».

Extraits d’un article de L’actualité du 15 octobre 2004 :

« WAL-MART à LA DéFENSE DU FRANçAIS?
Oui, et sa politique a eu pour effet d’inciter d’autres chaînes de magasins à
faire de même.

Les probabilités de trouver un produit portant une étiquette « Made in
Turkey- Fabriqué en Dinde » dans un des 44 magasins Wal-Mart du Québec sont bien
minces. Car à Wal-Mart, 12 traducteurs s’affairent, entre autres choses, à
scruter les emballages des 80 000 produits offerts par la chaîne. Si les
inscr1ptions n’y figurent pas dans un français impeccable – ou ne sont pas de la
même taille qu’en anglais-, l’article est retiré illico des rayons.

« Les fournisseurs sont prévenus : ils sont tenus de soumettre des emballages
bien traduits s’ils veulent faire des affaires avec nous », dit Louise Ziliani,
chef du Service de la traduction et présidente du comité de francisation.

Les efforts de cette société ont été maintes fois récompensés par l’Office
québécois de la langue française (OQLF). Le prix du Mérite du français reçu en
2003 (ex æquo avec Sony Canada) est d’ailleurs bien en vue dans le bureau du
grand patron de Wal-Mart Canada, le Québécois Mario Pilozzi, à Mississauga. «
Pour l’entreprise, servir les gens dans leur langue s’inscrit dans une logique
de fidélisation de la clientèle, explique Louise Ziliani. Partout dans le monde,
en Allemagne comme au Mexique, les consommateurs de Wal-Mart ont droit aux mêmes
égards en matière linguistique. »

Si la multinationale a parfois mauvaise presse, il semble que sur ce chapitre
elle soit quasi inattaquable. « La politique linguistique de Wal-Mart sert
d’exemple aux entreprises qui veulent s’installer au Québec, dit Gérald
Paquette, chef du Service des communications de l’OQLF. Dès l’arrivée de la
chaîne, en 1994, ses dirigeants ont démontré une grande volonté d’aller au-delà
des exigences. Il y a 10 ans, une telle attitude était peu commune. »

Wal-Mart a obtenu son certificat de francisation de l’Office en trois ans. Au
milieu des années 1990, la plupart des grands détaillants attendaient le leur
depuis plus de 15 ans! « Les efforts de Wal-Mart ont eu un effet d’entraînement
», note Nicole Delorme, conseillère en communication à l’Office. »


Toutes nos félicitations à Wal-Mart pour ce qui précède, sauf que nous tenons
à rappeler à l’OQLF que les pratiques publicitaires « deux poids, deux mesures »
sont carrément inacceptables et que, dans le cas des circulaires, la politique
linguistique de Wal-Mart ne devrait vraiment pas servir d’exemple!

Quelques adresses utiles :

Wal-Mart au Québec (courriel spécifique pour la clientèle québécoise (et
francophone)) :
cacustrel@wal-mart.com

Office québécois de la langue française (OQLF) :
Gerald.paquette@oqlf.gouv.qc.ca

(Le 28 octobre 2004)