TÉLÉVISION

relations.auditoire@tva.ca;
tvpublic@tqs.ca
Cc : auditoire@radio-canada.ca; Ministre de la Culture du Québec;
nouvelles@tva.ca

Réf.:
http://www.ledevoir.com/dossiers/265/55400.html?265

Je suis en total accord avec cette critique de la télé.

Et ça va jusque dans le détail…

Par exemple, quand je vois TVA nous présenter en surimpression à l’écran
(surimpression elle-même hypercommerciale, superflue et pesante jusqu’à
l’agression même: du gavage d’animaux, quoi) du «Speed Interviewing»
(!!!) (émission Merci Bonsoir), je m’envole vers Télé-Québec
sur-le-champ. Ou bien je ferme le poste.

à croire que TVA (et TQS) s’engagent dans une lutte à finir à savoir
lesquelles des chaînes – franco-françaises ou québécoises – seront les plus
colonisées et soumises à l’english language américain.

Ce n’est pas triste ou dommage : c’est à pleurer sinon à crier !

N’y a-t-il donc que des incultes qui ont « poché » leur cégep à la direction
de ces antennes – Pierre-Karl compris? Comme si vous n’aviez été nourris
depuis le biberon que par les publicités  et les films violents des
états-Unis…

Pourquoi – oui, pourquoi, je vous le demande – vous acharnez-vous à vous
montrer le plus insignifiant, le plus commercial, le plus vide et le plus
américain possible? Ne croyez-vous pas qu’une entreprise peut être rentable
(ce que je ne vous reproche pas) sans sombrer constamment dans la bêtise?

Ce n’est pas de l’élitisme (j’ai personnellement une éducation moyenne… à
l’image de mes revenus) que d’espérer (et réclamer) autre chose qu’ineptie sur
ineptie.

Quand je syntonise TVA et TQS, j’ai toujours le vif et extrême-désagréable
sentiment que l’on me prend pour une imbécile qui ouvre la bouche afin qu’on y
mette n’importe quoi – avec fric à la clé. Et comme il est triste de constater
que Radio-Canada s’enligne nettement sur le même modèle: avec mes impôts,
encore! à hurler, vous dis-je…

Vous êtes dégradants.
Voilà, c’est dit.

Même dans dans vos rares moments d’intelligence (MM. Bruneau et Charron
au 17 hres), c’est impossible de vous encaisser, tellement vous nous
DéSINTéGREZ de PUB constamment. Vous n’avez aucun, mais absolument aucun, sens
des limites du raisonnable. Comme un enfant qui détruira absolument tout
autour de lui… tant que personne ne lui fera entendre raison…

On appelle cela, «éducation». On appelle cela aussi, «Civilisation».

Et dans ces conditions, si «mon» déficient intellectuel de gouvernement sabote
Télé-Québec en plus, ne me restera-t-il donc que la voie du «terrorisme
intérieur»???

Je suis épuisée comme citoyenne de vivre – complaisante à souhait – dans tant
de médiocrité.

Kr……. on n’est pas des bêtes !!!

Marianne Vaucouleurs
Vaucouleurs@Q-bec.com

PS : J’ai particulièrement apprécié l’interpellation personnelle à l’endroit
de Pierre-Karl Péladeau. Il me semble, lorsqu’on a la chance d’être riche
comme cela, on a la possibilité inouïe de produire du BEAU autour de
soi (je ne parle pas forcément de bénévolat ou de charité, ce qui est autre
chose). Pourquoi utiliser sa fortune pour tout salir autour de vous, M.
Péladeau. SVP, répondez-moi: Pourquoi…? 

(Le 29 mai 2004)