SUPRÉMACISME ANGLOPHONE DANS LE PONTIAC

NDLR – Vous trouverez à la fin de ce texte une réponse aux insultes de l’éditeur du journal anglophone The Shawville Equity.

LES INSULTES EN ANGLAIS

Speaking of obsessions, do you care about nothing else but your « language. »

Anyways you are a hatefull person, one of the most hateful persons I’ve
encountered in my life. Is this the kind of bitterness that seeps in when dreams
die? Over and out. Your e-mails will be ignored in the future because its
obvious there is no room for reasonable debate. I have more important things to
do than get into a piss fight with a skunk. I’m a working man. A taxpayer, born
and raised in Québec. Mon pays. And I’ll speak English here when and were I want
to and I won’t whine about not being served if the clerk doesn’t understand my
language. Tu comprends. Mon chum?
04-09-22.

M. McGEE
news@theequity.ca

***********
(M. McGEE est éditeur du journal anglophone The Shawville Equity)
*******************

L’ANNONCE DE LA MORT DE MON RêVE EST PRéMATURéE!

Mais quel est donc ce rêve?

Tout ce que j’ai demandé dans mes répliques, c’est que vous cessiez de
dénigrer la loi 101 et tous ceux qui la défendent, dans vos éditoriaux et, je
n’ai pas usé autant de mots insultants que vous, i.e. Cowards, squealers,
whiners, fanatics, racists, addle-brained, troublemakers, empty-skulls,
jackboot-wearing bureaucrats dinosaures, oppressive, neo-fascists, SS in
disguise of mild-mannered bureaucrats, SKUNK.

Vous pouvez parler anglais quand vous voudrez au Québec parce que, nous
savons que la majorité des francophones vous répondront dans votre langue et le
fait que vous ne les rencontriez jamais à moitié chemin (rarement en tous les
cas) fait de vous (par définition) un ingrat.

Vous n’êtes pas le seul à travailler et à payer des taxes. Producteur
agricole, je paye, moi aussi, mes taxes et ne crois pas, pour autant, que cela
m’autorise à encourager mes concitoyens à enfreindre les lois qui ne me plaisent
pas.

Vous pouvez ne pas lire mes lettres, c’est votre prérogative, mais comprenez
qu’elles seront écrites et envoyées, là où je crois, qu’elles pourraient aider à
réaliser « MON RêVE. »

J’espère que vous êtes encore avec moi, M. McGee, afin de comprendre, que
c’est le support, que vous et certains autres médias anglophones, recevez de la
communauté anglophone qui a fait, de moi, ce que les Lévesques, Parizeau,
Bouchard, Landry, etc, n’ont jamais pu… Un souverainiste.

Pierre Denault
Pontiac
PaysanP@aol.com

(Le 23 septembre 2004)