SOYONS NOMBREUX À PROTESTER

SOYONS NOMBREUX à PROTESTER

A l’attention du webmestre :
unis@unvienna.org

www.unvienna.org

Je viens de parcourir le site de l’ONU à Vienne et j’ai constaté que
l’une des deux langues de travail de l’ONU, le français, n’était pas
disponible, ce que je regrette profondément. Alors que l’anglais est
disponible, malgré l’égalité statutaire absolue entre les deux langues
de travail, et alors qu’il y a en outre une version magyare, une
slovaque, une slovène et une allemande.

Je comprends bien que l’on puisse donner une version allemande qui est
une grande langue de culture, et aussi des versions dans les langues des
pays voisins de l’Autriche. Je trouve en revanche curieux que votre site
considère implicitement que le français a moins d’importance mondiale
que le slovène, le slovaque ou le magyar, langues parfaitement
respectables par ailleurs mais de simple intérêt local !

Je précise par ailleurs que l’Autriche se rapproche pour adhésion de
l’Organisation des pays francophones.

Cette discrimination inadmissible contre la langue française est tout à fait
illégale à la fois par rapport au statut des langues de l’ONU, comme elle
contrevient à l’esprit de diversité et de respect des cultures et des
langues au sein de l’Organisation.

Je vous prie donc de bien vouloir faire le nécessaire pour faire cesser
cette discrimination et cette infraction.

Philippe Loubière (
phloubiere@wanadoo.fr
),
citoyen de France et du monde,
universitaire,
rédacteur en chef de Lettre(s), la revue de l’Asselaf

(Le 16 janvier 2004)