RÉACTIONS À L’ARTICLE SUR LES RECTIFICATIONS ORTHOGRAPHIQUES

Voici mon grain de sel sur l’article paru sur le site d’Impératif français en ce qui concerne les rectifications de l’orthographe de 1990. 

DES « OGNONS » SANS « I »?

Bonne lecture! N.B. Mes réactions sont en rouge.

Jeffrey George,
Spécialiste en anglais, langue seconde
jeffreyleprof@hotmail.com

DES « OGNONS » SANS « I »?
 L’OQLF et les rectifications de l’orthographe


Le texte suivant extrait du site Vigile nous a été communiqué par notre correspondante Mme Hélène Jetté.

DES « OGNONS » SANS « I »?

Richard U. Broenck, M.A.P., Québec

La langue française menacée par un décret de l’Office de la langue française.

Si je comprends la logique de cet individu, le fait qu’on écrit de plus en plus clé plutôt que clef pourrait mettre le français en péril!

La ville de Québec fêtera bientôt ses 400 ans, qui célèbrent quatre siècles de présence francophone en Amérique. À la veille de cet anniversaire, nous apprenons, le 5 mai 2004, l’Office de la langue française du Québec a décidé de modifier l’orthographe de plusieurs mots de notre langue française pour « simplifier » le langage.

Si on consulte le site de l’Orthographe recommandée, www.orthographe-recommandee.info , on constate que ces modifications ne touchent que quelques 2000 mots de toute la nomenclature du français, environ 2% de la langue. 
Voici plusieurs de ces aberrations qui entreront en oeuvre à compter du 5 mai 2004. On écrira désormais:

· des épellations au son: assoir, nénufar, chariot, exéma, ognon, joailler
Pis? On écrit déjà chien, moi, il, kifkif, voir… au son. En ancien français, on écrivait moutarde moustarde. Devrait-on réécrire français françois , afin d’éviter le piège de s’approcher l’écrit à l’oral?

· l’abolition de traits d’union: piquenique, hautparleur, chauvesouris,
On écrit déjà gendarme plutôt que gens-d’arme!

· l’abolition d’accents circonflexes: connaitre, voute
Tant mieux, pourquoi pas alligner gout sur égout!

· des changements aux accents aigus: j’étiquète, elle ruissèle

· l’admission d’erreurs de participe passé du verbe laisser, suivi d’un infinitif qui deviendrait invariable : je les ai laissé partir)
Pis, l’invariabilité depuis des lustres du p.p. fait suivi d’un infinitif?

 

Ce n’est malheureusement pas une plaisanterie. Ces « normes » sont désormais imposées à l’administration publique québécoise et feront éventuellement, de toute évidence, leur chemin dans les manuels scolaires pour contaminer les futures générations. La source du texte originel est disponible à:

http://www.oqlf.gouv.qc.ca/office/communiques/2004/20040503_rectificationorthographe.html

Quel commentaire gratuit! Saviez-vous que l’allemand vit une réforme de l’orthographe depuis 1998? De plus, l’allemand est plus phonétique que le français! Notez bien que je ne propose pas ici l’orthographe fonétik!

Les conséquences d’un tel changement sont évidentes pour le Québec. Plutôt que d’apprendre à écrire correctement, on apprendra désormais aux jeunes Québécois à écrire « au son ». Le Québec se destine ainsi à devenir le ghetto d’une pseudo francophonie assimilée. Il deviendra, avec le temps, incapable de communiquer avec les autres nations francophones. Notre industrie culturelle devra se replier sur elle sans pouvoir s’exporter. La littérature québécoise, les manuels scolaires cesseront d’être écrits en français pour être substitués par un pseudo patois, décidé par les bureaucrates de l’OFLQ, en marginalisant la place du Québec dans la francophonie mondiale.

Quelle désinformation! Vous me faites penser aux remarques des défusionistes! Les rectifications de 1990 sont entérinées par l’Académie française et elles trouvent leur place dans le dictionnaire Hachette depuis quelques années!

Par les décisions internes d’un organisme qui ne rend aucun compte aux citoyens, la langue française se voit graduellement remplacée par un patois aseptisé, qui menace les fondements même de notre culture et de notre caractère francophone. Quelle sera l’étape suivante? Écrire en phonétique, ou plutôt, en « fonetik »?

On exagère la portée de ces changements. Prenez deux aspirines et veuillez consulter le site de l’orthographe recommandée à l’adresse mentionnée ci-haut!

La défense de notre langue va au-delà des politiques partisanes, et transcende les idéologies politiques. Il nous faut agir avant que ces attaques contre notre langue ne s’étendent davantage. Les citoyens et francophones que nous sommes doivent se mobiliser pour protester contre cette tentative de crétinisation du langage francophone, en exigeant des autorités politiques que soit arrêté ce projet de nivellement par le bas de la langue française, au détriment non seulement des Québécois mais de l’ensemble des francophones. L’OQLF n’a pas autorité sur la langue que nous parlons, ni le pouvoir de décider comment les francophones du Québec doivent écrire et s’exprimer. Une telle autorité émane de l’ensemble de la francophonie, et ultimement des citoyens francophones du Québec, du Canada, de la France et d’ailleurs.

Voici une phrase en orthographe nouvelle. Je goute aux plaisirs de la vie. Est-ce l’annonce de la fin de la langue française à cause d’un accent circonflexe supprimé? De toute façon, en ancien français, il n’y avait même pas de marques diacritiques!

 


(Le 18 mai 2004)