OMISSION OU EXCLUSION !

Le 13 mai 2004

Conseil municipal
Ville de Gatineau
25, rue Laurier
Gatineau (Québec) J9X 3Y9
info@ville.gatineau.qc.ca

Mesdames,
Messieurs,

En prenant connaissance de la liste des « équipements, infrastructures et activités d’intérêt collectif » contenue dans le projet de loi n o 9, Consultation des citoyens sur la réorganisation territoriale, quelle ne fut pas notre surprise de constater que l’on avait exclu L’Outaouais en fête, des festivités d’une durée de quatre jours, et le Mouvement Impératif français , organisme culturel.

Le projet de loi stipule pourtant clairement à l’article 106 : « un équipement, une infrastructure ou une activité est considéré d’intérêt collectif en fonction de sa notoriété, de son caractère unique à l’échelle de l’agglomération et de l’utilisation importante qu’en font les citoyens qui habitent hors du territoire de la municipalité d’attache. »

Reprenons les critères, soit en raison « de leur notoriété », « de leur caractère unique à l’échelle de l’agglomération » et « de l’utilisation importante qu’en font les citoyens qui habitent hors du territoire de la municipalité d’attache… » Aucun doute possible! L’Outaouais en fête et le Mouvement Impératif français répondent parfaitement à ces trois critères.

En examinant les listes des « équipements, infrastructures et activités d’intérêt collectif » des diverses Villes figurant en annexe du projet de loi n o 9, on y retrouve des clubs de soccer, des associations de baseball, des clubs de hockey, des clubs de tennis, des bibliothèques, des parcs, des pistes cyclables, des sentiers de ski, des patinoires, des arénas, des stationnements, des festivals, des concerts, des animations, plusieurs organismes, plusieurs activités, etc. »

Dans le cas de la Ville de Gatineau, félicitations aux activités suivantes : aux « Concerts du crépuscule » de la rue Laval, à « Buckingham en fête », aux « événements interculturels », pour n’en nommer que quelques-uns, qui sont reconnus « objets d’activités d’intérêt collectif », mais comment se fait-il alors que l’on exclut L’Outaouais en fête? Bravo aux organismes suivants et à leurs activités : l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais, la Société d’histoire de l’Outaouais, le Théâtre Dérives urbaines, le Choeur classique de l’Outaouais, le Théâtre lyrique de Hull, par exemple, qui sont définis « d’intérêt collectif ». Mais, encore là, on exclut l’organisme Impératif français dont la pléthore d’activités qu’il organise ou auxquelles il participe sont pourtant de grande « notoriété », « à caractère unique » et « d’intérêt collectif » : la Semaine d’action contre le racisme, la Semaine québécoise des rencontres interculturelles, la remise des Prix d’excellence Lyse-Daniels et Gaston-Lallement, la traditionnelle fête des Rois, les grands spectacles, les déjeuners-causeries, L’Outaouais en fête, la Francofête et plusieurs autres.

Avec eux, nous nous réjouissons bien sûr de la reconnaissance accordée à tous ces organismes et à toutes ces activités. L’inacceptable, c’est l’exclusion de L’Outaouais en fête et d’ Impératif français.

Comment se fait-il que l’on ait choisi de les exclure? En refusant de reconnaître « d’intérêt collectif » L’Outaouais en fête, quatre jours de grandes célébrations culturelles, et Impératif français , organisme de promotion de la culture d’expression française , quel message nous donne-t-on, ainsi qu’à la population, dans le cadre du projet de loi n o 9 sur la « réorganisation territoriale » et de la consultation publique des citoyens? Les auteurs de cette décision d’exclusion et de discrimination ou omission nuisent grandement à l’harmonisation des relations entre partenaires au sein de la nouvelle ville. Vous aurez sûrement compris la gravité du geste ainsi posé!

Nous avons grandement besoin de comprendre. Les explications obtenues à ce jour demeurent insuffisantes. Nous demeurons dans l’attente d’une réponse.

Le président,

Jean-Paul Perreault

c.c. Monsieur Jean-Marc Fournier
Ministre des Affaires municipales,
du Sport et du Loisir
marc.fournier@mamm.gouv.qc.ca

Monsieur Fournier,

La Ville de Gatineau nous informe que votre ministère serait responsable de cette décision d’exclusion et de discrimination.

Monsieur Benoît Pelletier
Ministre responsable de l’Outaouais
ministre.saic@mce.gouv.qc.ca