NAISSANCE D’UN ÉTAT TOTALITAIRE

Ottawa, ou la naissance d’un état totalitaire…

Suite au congédiement ridicule et sans fondement d’ Édith Gendron de son poste de fonctionnaire chez Patrimoine Canada pour son implication au sein du mouvement souverainiste "Le Québec, un pays", tel qu’ annoncé le 29 Avril dernier, il me semble très important d’ exposer au grand jour cette nouvelle menace au peuple québecois et franco-canadien. Tout d’abord, avant même de porter un jugement subjectif sur la décision, il est pertinent de souligner que lors de leur embauche au sein du gouvernement fédéral, aucun fonctionnaire n’est interrogé sur ses allégences politiques et que personne ne prête serment au gouvernement liberal . Nous assistons ici à une chasse aux sorcières des plus inquiétantes dans un "pays" où étaient autrefois pronés les droits et les libertés individuelles… Bien que le gouvernement fédéral ne bénéficie plus de son programme scandaleux pour l’unité nationale canadienne, il adopte désormais des méthodes plus sournoises afin de taire les souverainistes au détriement de la liberté fondamentale de ses détracteurs. Cette décision est injustifiée et déplorable. L’unilinguisme anglophone de plusieurs employés dans les bureaux fédéraux basés en Outaouais ne fait cependant broncher aucun sous-ministre, ceux-ci préférant s’attaquer au militantisme francophone et au mouvement souverainiste. Cette nouvelle intervention crée par ailleurs un dangereux précédent, malgré le climat plus que favorable à la recrudescence du mouvement nationaliste québecois. Les abrutis à la direction de Patrimoine Canada sont dailleurs ceux qui devraient être congédiés, ils sont une honte et aussi la preuve sans équivoque que le Québec doit bel et bien prendre son destin en mains, lorsque encore une fois ses intérets sont bafoués par une bande d’irresponsables à la tête d’un gouvernement totalitaire. Alimenter le feu résulte souvent en brûlures!

Eloi Martel ( eloi_martel@videotron.ca )
Gatineau

(Le 1er mai 2004)