LOGICIELS EN FRANÇAIS

L’usage des logiciels en français tarde à s’imposer dans les entreprises,
selon un article de la Presse Canadienne <http://www.cp.org/french/hp.htm> du 6
juillet 2004.

L’utilisation des logiciels en français progresse dans les PME québécoises,
mais tarde à s’imposer dans les grandes entreprises montréalaises, révèle des
études rendues publiques l’Office de la langue française.

Dans les faits, à peine quatre travailleurs sur 10, dans les entreprises de
plus de 80 employés situées à Montréal, ont fait le choix d’utiliser des
logiciels informatiques en français, selon les résultats des enquêtes menées en
2001 auprès de 2400 sociétés.

L’usage des logiciels en français est cependant un peu plus répandu dans les
moyennes entreprises de la métropole, c’est-à-dire celles comptant entre 50 et
80 employés, où le taux d’utilisation atteint 58 pour cent.

Dans les sociétés de 10 à 49 employés, toujours dans la région de Montréal,
un peu plus de la moitié des travailleurs, soit 54 pour cent, ont opté pour des
logiciels en français.

Ailleurs au Québec, les progrès sont nettement plus significatifs.

De fait, les résultats obtenus à la suite des interviews réalisées avec les
travailleurs des entreprises établies dans l’ensemble du Québec révèlent que 69
pour cent des employés de petites entreprises utilisent les logiciels en
français, et 67 pour cent des employés de moyennes entreprises font de même.

Par ailleurs, l’analyse des réponses recueillies parmi les travailleurs
révèle une donnée préoccupante pour les concepteurs de matériel informatique en
français.

En effet, les francophones qui préfèrent utiliser les logiciels en anglais le
font par habitude, et aussi parce qu’ils sont persuadés qu’ils sont de meilleure
qualité que les versions françaises.

Les répondants ont déploré, notamment, les mauvaises traductions et la
méconnaissance de la terminologie française.

Sans surprise, les données confirment que ce sont les francophones qui font
davantage le choix d’utiliser les logiciels en français.

Les résultats montrent entre autres que si les personnes avaient le choix,
les francophones préfèreraient utiliser les versions en français seulement (75
pour cent) alors que les anglophones et les allophones opteraient pour les
versions en anglais (76 pour cent).

Outre la langue maternelle, plusieurs facteurs déterminent la langue des
produits informatiques utilisés dans les compagnies, souligne l’Office.

Ainsi, les logiciels en français sont plus utilisés dans les entreprises dont
le siège social est situé à l’extérieur de la région métropolitaine, de même que
dans celles qui n’ont pas d’installations à l’extérieur du Québec.

Il en va de même dans les sociétés où les propriétaires sont francophones, où
le français est la langue la plus utilisée au travail et où les clients tout
comme les fournisseurs sont principalement établis au Québec.

(Cet article nous a été communiqué par notre correspondant M. Daniel Duclos)