LICENCIEMENT DES PROFESSEURS DE LANGUE

Comme nous allons tous parler l’anglais, les
professeurs de langue sont en effet devenus superflus !

The Social face of the Commission

Subject: LICENCIEMENT DES PROFESSEURS DE LANGUE DE LA COMMISSION

A L’ATTENTION DE TOUS LES PARTICIPANTS DES COURS DE LANGUE

Lors de l’Assemblée générale du 18 juin 2004, en présence de M. Vervaet, chef
de l’unitéformation et de Mme Morelli, responsable des services de la formation
au Conseil, Mme Souka, directeur à la DG ADMIN a annoncé aux 43 professeurs de
langue de la Commission que le Collège avait décidé de mettre un terme, à
partir du 1er juillet 2004, à leur contrat d’employé à durée indéterminée
.

Elle a justifié cette décision du Collège par des raisons budgétaires. Elle a
annoncé que ces 43 professeurs recevraient au début de la semaine prochaine leur
lettre de licenciement. Elle a ajouté que la Commission avait toujours apprécié
les compétences professionnelles des professeurs et que celles-ci n’étaient
absolument pas liées à ce licenciement.

A la suite de cette intervention, les professeurs, par l’intermédiaire de
leurs déléguées, Mme Eva Sagler et Mme Almudena Basanta ont fait la déclaration
suivante :

« En tant que déléguées des professeurs, et en leur nom, en présence des
représentants de la Commission, du Conseil et du Parlement, nous tenons à
communiquer le message suivant et demandons que les points suivants soient actés
dans le procès-verbal de cette réunion.

Nous dénonçons le manque de transparence flagrant de la Commission et de
sa DG ADMIN, qui ont attendu ce jour pour annoncer la rupture des contrats des
professeurs.

Dans une Europe qui se voudrait sociale, nous dénonçons également le
cynisme de la Commission, qui plonge dans les plus grandes difficultés 45
travailleurs, la plupart étant des femmes – parfois chefs de famille, avec des
enfants à charge.

La plupart de ces professeurs ont déjà atteint un âge où il sera très
difficile, pour ne pas dire impossible, de pouvoir s’intégrer dans le marché de
l’emploi.

En mars 1997, lors de la signature des accords dits du « Trilogue », les
professeurs avaient montré leur volonté de collaborer, contre un engagement de
la Commission à maintenir leurs contrats jusqu’à l’âge de la retraite
(engagement consigné dans le procès verbal des accords du « Trilogue » ).

En outre, dans un passé plus récent, Madame Morelli, responsable des
services de la formation du Conseil, en présence de représentants de la
Commission, a réaffirmé à plusieurs reprises lors de réunions que le travail des
professeurs serait garanti jusqu’à leur retraite.

Nous prenons acte du non-respect des engagements de la Commission et du
Conseil.

Alors qu’une réforme est en cours depuis longtemps déjà, jamais les
professeurs n’ont été, de quelque manière que ce soit, tenus informés des axes
de réflexion de cette réforme, ni des ajustements éventuels qu’elle pourrait
susciter.

Nous demandons officiellement l’ouverture d’une concertation technique
avec les représentants de la Commission, les syndicats et les professeurs.

Etant donné ce qui précède, les professeurs estiment que la seule réaction
possible en ce moment, est de quitter cette salle. »

Nous tenions à vous informer de cette décision.

Les professeurs de langue de la Commission à contrat d’emploi à durée
indéterminée.

(Ce texte nous a été communiqué par

Anna-Maria.Campogrande@cec.eu.int
le 21 juin 2004)