LES NORDIKS

Monsieur,

Merci d’abord de lire Le Soleil et de vous
intéresser à la vie sportive de Québec.

Au sujet de l’expression employée par Martin Madden sur
les canadiens-français, c’est qu’il englobait aussi tous les francophones de
l’extérieur du Québec.

Merci

Réal Labbé

——————–

Bonjour M .Labbé,

Merci de votre réponse.

Le cas échéant, il faut alors «préciser» : «Québécois
et francophones« (ou «Franco-Canadiens«, ainsi que nos cousins du Canada se
définissent de plus en plus eux-mêmes), par exemple.

Cette appellation «générale» renvoie – littéralement –
à un autre siècle. Mais surtout, elle s’avère extrêmement réductrice de l’idée
même (alors totalement banalisée sinon éradiquée) du peuple ou de la nation
québécoise.

Un(e) Québécois(e), ce n’est pas simplement un(e)
«parlant français qui habite le Canada». C’est une individualité (ou
personnalité) propre qui – si elle se montre un tant soit peu fière d’elle-même,
et qu’elle se sait consciente de ne pas se définir strictement ou exclusivement
par la langue dans laquelle elle s’exprime naturellement – ne saurait accepter
en toute dignité de se voir réduite ainsi à une espèce de notion vague, plus ou
moins informe et sans consistance.

Aussi, pour ce qui me concerne à titre de Québécois, la
dénomination de «canadien-français» constitue à toutes fins ultimes une
«insulte».

à ce jour, il n’y a plus guère que Jean Chrétien pour
parler de la sorte. Ce qui donne un bien curieux coup d’envoi à une équipe
sportive dont «jeunesse» constitue par définition le mot-clé.

Et puis, enfin, M. Madden n’a tout de même pas l’âge…
de M. Chrétien (élu la première fois député fédéral… en 1963).

Ne connaissant pas les coordonnées de M. Madden, ni
d’ailleurs celles des Nordiks, puis-je en terminant, M. Labbé, vous
suggérer (si bien sûr vous êtes d’accord et qu’il vous est possible de procéder)
de réacheminer la présente directement à la direction de l’équipe?

Histoire d’aider celle-ci à rectifier le tir au plus
tôt. Avant, et en outre, qu’elle ne perde définitivement ma clientèle qu’elle
avait pourtant gagnée d’office.

Merci à vous,

Marcelin Gélinas,
Lévis, Québec
16 juillet 2004

——————–

Texte initial de référence

Les Nordiks de 1957 ???

Petit mot à Martin Madden, directeur général des
Nordiks de Québec, en réaction au langage tenu auprès de la presse, et dont il
est fait mention dans Le Soleil du 16 juillet 04 en:



http://www.cyberpresse.ca/sports/article/2,338,0,072004,736340.shtml

C’est quoi, « ça », un « canadien-français », M. Madden
? Un animal préhistorique…?

Un « Québécois », ça ne vous dit rien, « ça » ???

Je suis un fan de hockey, M. Madden. Mais je suis au
regret de vous informer que vous n’attirerez pas de (fines?) mouches avec pareil
vinaigre.

Marcelin Gélinas


M.Gelinas@moncanoe.com

Lévis, Québec
16 juillet 2004