LE QUÉBEC N’EXISTE PAS

L’examen de deux petits dossiers d’«Impératif français» aide à comprendre
pourquoi le comportement de certains « canadiens-français » de service peut
renforcer notre conviction qu’il n’y a pas de salut pour le seul état de langue
française en Amérique sans l’indépendance du Québec, et que ça presse.

L’auteur du premier est un anglophone francophile, Scott Horne, qui est
dégoûté par le comportement d’inférieurs de certains intellectuels : UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL
Mais nous n’avons pas le monopole de ce comportement au Québec : certains
Français donnent des exemples désolants…

Le deuxième montre jusqu’où un député libéral québécois asservi au Canada
peut s’abaisser dans le reniement et le mépris de ce qu’il est : MEILLEURS VOEUX POUR LES FÊTES… SAUF UNE !

La Fête nationale du Québec, et même la Saint-Jean-Baptiste,
n’existent pas
dans ce calendrier qu’il a distribué largement à la fin de
1998, lequel fait une large place aux fêtes juives, musulmanes, etc., etc…
Mais ! le jour du drapeau québécois, le 21 janvier, n’existe pas, ni la fête de
Dollard des Ormeaux, le 24 mai (maintenant jour des Patriotes). Mais on ne
manque pas de mentionner le jour du drapeau canadien, le 15 février, et la fête
juive de Pourim, le 7 mars, ou le début du Ramadan (fête musulmane), le 15
octobre…

Ce triste sire, Marcel Massé, serviteur de Jean Chrétien, heureusement
disparu du décors carnavalesque libéral comme ce dernier (un squelette dans le
placard?), a fait des « excuses » après cette dénonciation. Mais des excuses qui
ajoutent à l’injure, car le calendrier a continué d’être produit : DES EXCUSES QUI AJOUTENT À L’INJURE
Ces documents décrivent une situation certainement pas unique qui existait
en 1998. Plusieurs représentants du Parti Libéral du Canada au Québec ont
sans doute distribué ce même calendrier à leurs commettants.

Or, sensiblement le même calendrier est toujours distribué au Québec, cinq
années plus tard
, par au moins un serviteur du PLC qui se dit député de
Portneuf. Dans cette nouvelle version on a ajouté la Fête nationale des
Acadiens
le 15 août ! Mais la Fête nationale du Québec est toujours
bannie du calendrier
, tout comme notre drapeau est banni des parcs fédéraux
au Québec, contrairement aux autres parc fédéraux hors Québec…

La preuve se trouve dans les trois fichiers-images annexés à la présente
lettre (première page, et mois de juin et septembre 2004). Un 4e fichier
illustre un copinage intolérable que nous devons subir pour des raisons
«mystérieuses»…

Et ces gens-là voudraient que les Québécois oublient toutes ces bassesses qui
s’ajoutent au scandale de la propagande commanditée et au reste ! Mais, pour qui
nous prend-on ? Nous n’oublierons pas le 28 juin prochain…

Jean-Luc Dion, ing.

Trois-Rivières

Voir aussi :

www.vigile.net/03-archives/01-21.html



http://www.vigile.net/morin/chartierfort.html

(Le 26 juin 2004)