LE PONTIAC ET AYLMER

Les recensements canadiens en font la preuve depuis toujours : à Aylmer et
dans le Pontiac, ce sont les francophones qui sont les victimes de
l’assimilation, et ce sont les anglophones qui y imposent l’anglais par leur
unilinguisme d’exclusion.

Vous cherchez donc à connaître les raisons qui motivent les journaux
anglophones du Pontiac et d’Aylmer à s’acharner contre les francophones en
présentant les anglophones qui y vivent comme une minorité brimée.

Les propriétaires de ces journaux se retrouvent au conseil d’administration
Quebec Community Newspapers Association (http://www.qcna.org/). Et Quebec
Community Newspapers Association et Regional Association of West Quebecers
reçoivent de généreuses subventions annuelles de Patrimoine canadien. Par
exemple en 2000-2001, il ont respectivement reçu 179 200 $ et 139 700 $ pour
développer et promouvoir l’anglais en Outaouais, à Aylmer et dans le Pontiac.

Tout s’explique. Vous comprenez donc maintenant mieux les raisons ($$$) qui
les poussent à jouer à la minorité brimée. Patrimoine canadien et son programme
de subventions l’exigent.

Richard Lalonde
Gatineau, Québec
rickfind@hotmail.com

NDLR – Adresse utile :

Madame Liza Frulla
Ministre du Patrimoine canadien
Frulla.L@parl.gc.ca

(Le 27 octobre 2004)