LE DÉFICIT DE LA SAAQ

Le 21 juin 2004 – C’est au tour du gouvernement libéral de ne pas s’attaquer
au vrai problème. Hausser les primes payées par les automobilistes afin de
couvrir le déficit de la Société de l’Assurance automobile du Québec
(SAAQ) n’est pas la solution. Il y a d’autres façons de couvrir le déficit de la
SAAQ, selon Impératif français :

– Si le gouvernement du Québec veut augmenter ses revenus, il n’a qu’à
prendre tous les moyens nécessaires afin que cesse le braconnage fiscal, cette
pratique de plus en plus répandue en région frontalière qu’adoptent des
résidants du Québec qui immatriculent leur automobile et obtiennent leur permis
de conduire en Ontario afin de ne pas payer leurs impôts au Québec, laissant
ainsi aux autres Québécois le soin de payer leur part.

– Si la SAAQ veut réduire ses coûts, elle n’a qu’à demander au gouvernement
de réviser la Loi de l’Assurance automobile du Québec qui l’oblige à
indemniser les victimes d’accident automobile qui immatriculent leur automobile,
détiennent leur permis de conduire et paient leurs impôts dans une autre
province… parce qu’elles résident au Québec !!!

Cela n’est pas sans avoir des effets certains sur le sentiment d’appartenance
de certaines régions frontalières du Québec.

NDLR – Quelques adresses électroniques utiles:

M. Yvon Marcoux
Ministre des Transports
ministre@mtq.gouv.qc.ca

M. Yves Séguin
Ministre des Finances
ministre@finances.gouv.qc.ca

M. Lawrence Bergman
Ministre du Revenu
cabinet@revenu.gouv.qc.ca

Source :
Impératif français
Recherche et communications
Tél. : (819) 684-8460
Site :
http://www.imperatif-francais.org