LE CANADA CONTINUE D’IMPOSER L’ANGLAIS

Selon Statistique Canada, l’anglicisation du Québec et des Québécois
progresse : « le nombre de personnes pouvant soutenir une conversation en
anglais au Québec en 2001 s’élevait à 3 234 735 personnes soit 45,4 % de la
population, une augmentation par rapport aux 42,9 % (en 1996) et 40,9 % (en
1991) enregistrés lors des deux recensements précédents. De ceux-ci, 2 176 415
étaient des francophones qui pouvaient converser en anglais, soit 37 % de
l’ensemble des francophones, ce qui représente une augmentation relativement aux
34 % et 32 % observés en 1996 et 1991 respectivement.»

Toujours selon Statistique Canada, il y a au moins un anglophone du Québec
sur trois qui ignore toujours la langue commune du Québec, le français, imposant
ainsi l’anglais. Au Canada, à l’extérieur du Québec, à peine 7,1 % des
anglophones connaissent le français contribuant ainsi à la défrancisation des
francophones : « en 2001, 38,1 % des francophones utilisaient l’anglais le plus
souvent à la maison en hausse par rapport aux 36,5 % et 35,1 % enregistrés
respectivement lors des recensements de 1996 et 1991.»

L’anglais, langue du travail! Toujours selon le recensement 2001 de
Statistique Canada, « l’anglais est largement présent sur le marché du travail »
puisque « neuf travailleurs anglophones sur dix au Québec utilisaient l’anglais
au travail, 78 % le plus souvent et 15 % régulièrement. L’utilisation de
l’anglais au travail était aussi assez largement répandue chez les francophones
et les allophones. Près de 30 % des travailleurs francophones utilisaient au
moins régulièrement l’anglais dans le cadre de leur emploi (8 % le plus souvent
et 22 % régulièrement), et cette proportion atteignait 73 % chez les
travailleurs allophones (50 % le plus souvent et 23 % régulièrement). Dans la
Communauté urbaine de Montréal, où résident la plupart des anglophones et des
allophones de la province, 52 % des francophones et 76 % des allophones ont
déclaré utiliser au moins régulièrement l’anglais au travail.»

Et ce n’est pas tout ! « L’apport de l’immigration internationale à la
population de la minorité de langue anglaise du Québec est plus important que
celui observé pour la minorité de langue française de l’extérieur du Québec.»

Malgré la manipulation politicienne, la manipulation des cerveaux, afin de ne
pas reconnaître la gravité de la situation, il se dégage de cette analyse de
Patrimoine canadien une constante de fond : le Canada est un pays qui anglicise
le Québec et défrancise les francophones à l’extérieur du Québec!

Les données citées dans cet article proviennent du site Web de Patrimoine
canadien à l’adresse

http://www.pch.gc.ca/progs/lo-ol/bulletin/vol9_no2/2001_f.cfm

(Le 15 décembre 2004)