LA VASSALISATION EST EN MARCHE

Les socialistes en ont rêvé ; la droite va le faire.

Claude Allègre a dit en son temps (un temps pas si lointain) que l’anglais ne
devait plus être considéré comme une langue étrangère ; Claude Thélot dans son
rapport à l’actuel ministre de l’éducation prévoit un socle commun de
connaissances et de compétences. Les priorités de son programme : français,
mathématique et anglais.

Claude Allègre avait vu juste. La France est bien en passe de devenir un pays
bilingue. Et qui dit bilinguisme en France et dans les écoles de la République
dit français / anglais. Plus de choix. Tous formés dans le même moule alors que
l’avenir est (aussi) ailleurs. Voyez la Chine ! Mais il est dit que la France
aura toujours une guerre de retard…

Allègre et Thélot ont en commun bien plus qu’un prénom. Tout un programme.

Pourtant ceux qui ont tant protesté contre le « dégraisseur du mammouth [NDLR
: l’Education Nationale
] » ne semblent pas s’émouvoir des nouvelles
priorités de la commission Thélot dont le Syndicat National des Enseignements de
Second Degré publiait, dès le mois d’août dernier, le rapport provisoire.

Sur deux savoir-faire proposés, « le premier est l’anglais de communication
internationale qui n’est plus une langue parmi d’autres, ni simplement la langue
de nations particulièrement influentes. Il est devenu la langue des échanges
internationaux, que ce soit sur le plan des contacts scientifiques ou
techniques, commerciaux ou touristiques. »

La commission est prudente : «Il ne s’agit pas d’imposer l’anglais comme
langue étrangère exclusive mais de considérer comme une compétence essentielle
la maîtrise de l’anglais nécessaire à la communication internationale :
compréhension des diverses variétés d’anglais parlées par les anglophones et les
non-anglophones, expression intelligible par tous. »

Elle se justifie : « Ne pas être capable de s’exprimer et d’échanger en
anglais de communication internationale constitue désormais un handicap majeur.
»

Alors que le Président de la République en voyage au Vietnam, quelques jours
auparavant a évoqué la véritable « catastrophe écologique » que serait
l’instauration d’une langue unique à l’échelle de la planète, François Fillon,
son ministre de l’éducation, se dit également favorable à l’apprentissage « dès
le primaire, d’un anglais de communication » (agence Reuters, 12/10/2004)

La vassalisation était en marche. Elle est désormais irréversible.

Il n’est plus temps de sonner l’alerte. Le feu est dans la maison. Il faut
éteindre l’incendie.

Jean-Claude CHARVOZ
Action francophone
jc.charvoz@ildif.com

à la suite de mon message d’alerte sur le rapport
Thélot, on m’envoie la précision suivante :

« Je vous remercie de cette information. Je viens de faire une petite
recherche rapide sur Internet qui non seulement confirme pleinement ce que
vous m’annoncez mais aussi qui va plus loin, puisqu’il paraît que ce fameux
rapport préconise aussi le sous-titrage des séries et feuilletons télévisés
étasuniens à la télévision française qui resteraient ainsi en version
originale de façon à ce que les petits Français puissent apprendre l’anglais
plus rapidement !

Il faut se pincer pour se convaincre que l’on ne rêve pas ! »

Peut-être pouvez-vous relayer l’information.

Jean-Claude CHARVOZ
Directeur
INSTITUT LYONNAIS
Université Francophone Internationale

(Le 19 octobre 2004)