GATINEAU : DU FRANÇAIS, IL EN FAUT PLUS ; PAS MOINS !

Vous trouverez ici l’intervention du président d’Impératif français, M.
Jean-Paul Perreault, à la période de questions de la réunion du conseil
municipal de la Ville de Gatineau du mardi 12 octobre 2004.

Certaines institutions publiques québécoises utilisent les taxes et les
impôts des contribuables pour financer des campagnes promotionnelles destinées à
enrichir les promoteurs immobiliers; de surcroît ces campagnes promotionnelles
lancées en anglais dans les médias anglophones sont destinées à inviter
principalement des anglophones à venir s’installer à Gatineau sans égard à
l’environnement linguistique de la région. Les forces de défrancisation sont
déjà assez fortes en Outaouais sans voir nos institutions publiques et nos taxes
servir à les financer.

Nous demandons à la Ville de Gatineau de cesser de participer à ces campagnes
promotionnelles défrancisantes, mais plutôt de participer à l’élaboration et au
lancement de campagnes de promotion de la langue et de la culture d’expression
française.

Nos taxes, nos impôts et nos institutions doivent servir au renforcement du
caractère français de Gatineau et non au financement de campagnes
promotionnelles défrancisantes destinées à enrichir davantage certains
promoteurs.

Jean-Paul Perreault
Président

****************

UTILISATION DOUTEUSE DES FONDS PUBLICS !

En réponse à cette intervention de M. Perreault, certains conseillers
municipaux et le maire Yves Ducharme ont confirmé leur intention d’appuyer la
demande de subvention annuelle de 300 000 $ pendant cinq ans demandée par
l’Association provinciale des constructeurs d’habitation du Québec en Outaouais,
l’Association de la construction du Québec, la Chambre immobilière de
l’Outaouais et la Chambre de commerce de Gatineau pour financer des campagnes
promotionnelles destinées à enrichir les promoteurs et constructeurs immobiliers
de Gatineau. La Ville rencontrera bientôt les promoteurs pour discuter de la
participation municipale à la réalisation de cette campagne.

Nos institutions publiques ont la malheureuse habitude d’utiliser nos taxes
pour enrichir encore davantage les riches promoteurs immobiliers de la région.
Par exemple, en 2001, une telle campagne destinée au marché anglophone avait été
lancée exclusivement en anglais dans les médias de langue anglaise. La SDEO et
les villes de la région, la CUO, auraient alors dépensé respectivement 137 000 $
et 110 000 $ pour venir en aide aux riches promoteurs de la région. et de
surcroît, sans égard à l’environnement linguistique fragile de l’Outaouais.

Le conseil municipal n’a pas daigné répondre à la demande d’Impératif
français pour que la Ville participe à une campagne en français de promotion de
la langue et de la culture d’expression française en Outaouais, destinée à tous,
rendue pourtant combien nécessaire afin de contrebalancer les conséquences de
toutes ces campagnes publicitaires en anglais !

Nos taxes, nos impôts et nos institutions doivent servir au renforcement du
caractère français de Gatineau et non au financement de campagnes
promotionnelles défrancisantes destinées à enrichir davantage certains
promoteurs.

Faites-le savoir à vos édiles municipaux :

Yves Ducharme, maire
(819) 595-7100
maire@ville.gatineau.qc.ca
André Levac, conseiller
(819) 595-7110 ou 685-5005

levac.andre@ville.gatineau.qc.ca
Alain Labonté, conseiller
(819) 595-7110 ou 685-5005

labonte.alain@ville.gatineau.qc.ca
Richard Jennings, conseiller
(819) 595-7110 ou 685-5005

jennings.richard@ville.gatineau.qc.ca
Lawrence Cannon, conseiller
(819) 595-7110

cannon.lawrence@ville.gatineau.qc.ca
Marc Bureau, conseiller
(819) 595-7110

bureau.marc@ville.gatineau.qc.ca

Louise Poirier, conseillère
(819) 595-7110

poirier.louise@ville.gatineau.qc.ca
Pierre Philion, conseiller
(819) 595-7110 ou 778-3476

philion.pierre@ville.gatineau.qc.ca
Denise Laferrière, conseillère
(819) 595-7110

laferriere.denise@ville.gatineau.qc.ca
Simon Racine, conseiller
(819) 595-7110 ou 243-2323

racine.simon@ville.gatineau.qc.ca

Thérèse Cyr, conseillère
(819) 595-7110 ou 243-1707

cyr.therese@ville.gatineau.qc.ca
Paul Morin, conseiller municipal
(819) 595-7110 ou 243-2323

morin.paul@ville.gatineau.qc.ca

Joseph De Sylva, conseiller
(819) 595-7110 ou 243-2323

desylva.joseph@ville.gatineau.qc.ca
Richard Côté, conseiller
(819) 595-7110, 243-2323 ou (819) 663-4323

cote.richard@ville.gatineau.qc.ca

Aurèle Desjardins, conseiller
(819) 595-7110 ou 243-2323

desjardins.aurele@ville.gatineau.qc.ca
Yvon Boucher, conseiller
(819) 595-7110 ou 243-2323

boucher.yvon@ville.gatineau.qc.ca

Luc Montreuil, conseiller
(819) 595-7110 ou 986-1250

montreuil.luc@ville.gatineau.qc.ca

************************************
Deux textes publiés sur le même sujet :

1) Communiqué d’Impératif français émis le 6 octobre 2004

Une campagne promotionnelle du français s’impose.

Le 6 octobre 2004 – Impératif français demande au gouvernement du
Québec et à la Ville de Gatineau de participer à une campagne de promotion de la
langue et de la culture d’expression française en Outaouais. Cette campagne est
rendue nécessaire afin de contrebalancer les campagnes publicitaires en anglais
qui visent à attirer des anglophones à Gatineau.

Le 3 juin dernier, Impératif français dénonçait par communiqué (v.
ci-dessous) les campagnes d’anglicisation et d’ontariorisation de Gatineau et de
tout l’Outaouais.

Un article récent du journal LeDroit du jeudi 30 septembre 2004 nous apprend
qu’un Regroupement veut remettre ça, en beaucoup plus grand et de surcroît avec
votre argent : « un regroupement de constructeurs, de représentants de
l’immobilier et de gens d’affaires de Gatineau demandera à la Province et à la
Ville de participer à une campagne de promotion de 5 millions $ sur cinq ans. Le
but : convaincre davantage d’Ontariens de s’établir au Québec…», sans égard à
la fragile situation culturelle de la région!

Le Regroupement, formé de l’Association provinciale des constructeurs
d’habitation du Québec en Outaouais, l’Association de la construction du Québec,
la Chambre immobilière de l’Outaouais et la Chambre de commerce de Gatineau, va
jusqu’à demander à Québec et à la Ville de Gatineau d’investir chacun 300 000 $
par année pendant cinq ans de vos taxes et impôts dans cet effort
d’anglicisation et d’ontariorisation de la région. Le maire de Gatineau, M. Yves
Ducharme, a déclaré pour sa part recevoir « très favorablement la demande » du
Regroupement.

Aucun souci du fragile équilibre linguistique et culturelle de l’Outaouais.
Seuls les profits des membres des associations qui font partie de ce
regroupement importent. Nulle part, on ne se préoccupe de la situation
culturelle particulière de Gatineau et de l’Outaouais.

Il est probable que cette campagne, comme à l’habitude, sera lancée en
anglais. Pourquoi ne pas lancer cette campagne uniquement en français afin
d’attirer de nouveaux résidants de toutes origines qui viendraient bâtir un
Outaouais français, un Outaouais québécois?

Nous vous invitons à vous opposer auprès des élus à ce coup de force contre
l’environnement français de Gatineau et de l’Outaouais.

Jean-Paul Perreault
Président

Impératif français
Recherche et communications

**************************

2) Communiqué émis par Impératif français le 3 juin 2004 :

LES COUPES à BLANC… CULTURELLES

« Welcome to Gatineau » !

Le 3 juin 2004 – Le mercredi 26 septembre 2001, le quotidien LeDroit titrait
« Vaste campagne (en anglais) pour attirer les Ontariens en Outaouais » : « des
organismes publics, huit constructeurs résidentiels et des sociétés comme
Gazifère et Rona ont dépensé plus d’un demi-million de dollars pour financer
cette campagne (anglicisante) sans précédent dans l’histoire de la CCIO» dont
les thèmes destinés aux Ontariens étaient « Live on », « Live life » et « Live
large » en Outaouais ! La SDEO et les villes de la région auraient dépensé
respectivement 137 000 $ et 110 000 $ pour inviter les anglophones à venir
s’installer en Outaouais. Tous se rappelleront aussi des campagnes anglicisantes
et aculturantes du genre « Make yourself at home in the City of Hull ». At home
!

D’aucune façon, ne se soucie-t-on des conséquences néfastes pour le fragile
équilibre linguistique et culturel de la région.

Un article du journal LeDroit du samedi 29 mai 2004 qui titrait à la une « à
vendre : Welcome to Gatineau » nous révèle que la tendance vers une
anglicisation et une «ontariorisation» plus poussée de l’Outaouais s’accélère :
« le propriétaire de Brigil Construction de Gatineau, Gilles Desjardins, calcule
que 70 % de ses acheteurs dans le parc Rivermead proviennent de l’Ontario. » Il
ajoute : « L’an dernier environ 40 % des 400 maisons de Brigil ont été vendues à
des Ontariens. »

Il n’y a pas de doute possible, la région a raison de s’alarmer. Nous
observons une anglicisation et « ontariorisation » de Gatineau et conséquemment
de tout l’Outaouais. La complicité des pouvoirs politiques pour un développement
« à tout prix » y contribue grandement.

Un virage s’impose! à quand des campagnes en français pour attirer d’autres
Québécois et les francophones de l’Ontario à venir s’installer en Outaouais ?

Source:

Jean-Paul Perreault, président
Mouvement Impératif français
Tél. : (819) 684-8460

Imperatif@imperatif-francais.org

www.imperatif-francais.org

(Le 15 octobre 2004)