DÉCERVELAGE MONDIALISÉ

Renoncer à ses mots, c’est abandonner une bonne partie de sa substance 23
euros (150,87 frs). ISBN: 2-86839-928-2.


http://perso.wanadoo.fr/fx.de.guibert/html/libres_d.htm


http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2868399282/qid%3D1093654052/402-1891567-1432966

*/Présentation de l’éditeur/*

Renoncer à ses mots, c’est abandonner une bonne partie de sa substance, le
meilleur de soi et, peut-être, son être même. Car si la langue n’est rien en
elle-même, elle est l’essentiel, par ce qu’elle représente, par ce qu’elle
permet, par ce qu’elle implique. La langue française a cette particularité
d’avoir apporté à beaucoup d’hommes un message de liberté, d’émancipation,
d’ascension sociale. Face aux sirènes du politiquement et de l’historiquement
correct, face à l’arasement des cultures nationales et à l’américanisation du
monde, face au décervelage mondialisé, il se pourrait bien que les hommes libres
et qui entendent le rester, bien au-delà du seul espace francophone, trouvent un
intérêt demain à l’existence de la langue française. Défendre et promouvoir la
langue et la pensée françaises, c’est tout à la fois défendre notre unité et
notre identité, tout simplement notre existence en tant que nation, et permettre
que s’exprime, au-delà de notre seule exception culturelle, la diversité du
monde. L’enjeu n’est pas mince.

*Table des matières*

Etre le sujet de sa propre histoire
Une constitution pour détruire les Etats et l’Europe
Contre l’Empire
En démantelant EDF-GDF, la France prend un risque
Répondre à l’attente des nations
Nous sommes tous des héritiers.
Lumières, s’il vous plaît
Une mauvaise décision
De Gaulle et la recherche scientifique et technique Californie-sur-Seine
Marguerite Yourcenar, écrivain français

*************
(Ce texte nous a été communiqué par notre correspondant M. Patrick Andries le 28
août 2204)