APPEL AUX INTELLECTUELS FLAMANDS

De Haan (Belgique) – "Pour que la chance unique de régler nos problèmes communautaires ne soit pas galvaudée", l’Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF) lance un appel aux intellectuels flamands dans le dernier numéro des " Nouvelles de Flandre". L’APFF souhaite "qu’ils interviennent dans le débat politique avec tout le poids de leur crédit. Qu’ils apportent, grâce à leur imagination créative, des idées nouvelles dans la négociation inter-culturelle."

"Au moment où l’Union européenne favorise, dans tous les Etats membres, une politique d’ouverture culturelle et de respect linguistique, la Flandre continue de s’en prendre à tout ce qui est francophone.

Parmi les minorités identifiées par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, les quelque 300.000 francophones vivant en Flandre connaissent des difficultés, d’ordre administratif dans la périphérie de Bruxelles et d’ordre culturel sur la totalité du territoire flamand.

N’est-il pas regrettable de devoir constater que, quand il entend parler français, le fier lion des Flandres perd son sang froid? Nous refusons de considérer nos amis flamands comme autant de franshaters (personnes qui haïssent le français) ou de taalpsychopathen (psychopathes linguistiques). Du passé faisons table rase et, profitant du grand élan européen, ouvrons, entre nous, un dialogue dans un esprit de bonne volonté réciproque.

Malheureusement, le climat pré-électoral en Belgique montre déjà que les hommes politiques, tant flamands que francophones, se sentent prisonniers des prises de position du passé.

On peut donc craindre que le forum, où l’on devrait, après les élections du 13 juin, débattre de l’ensemble du contentieux communautaire, s’engage sur des préalables obstinés de part et d’autre.

La seule façon d’en sortir, une bonne fois pour toutes, c’est que le forum devienne l’occasion d’un grand débat de fond entre toutes les parties concernées. Il faut bien se pénétrer de cette idée : quel que soit l’avenir de la Belgique, le problème des minorités restera posé et il n’y aura pas, dans l’Europe de demain, de moyen d’y échapper.

Nous espérons entendre les voix de Hugo Claus, Kamagurka, Jef Geeraerts, Monika Van Paemel, Geert Van Istendael, Kristen Hemmerechts, Ivo Michiels, Miriam Van Hee, Stefaan Van den Bremt, Paul Buekenhout, Stefan Hertmans, Benno Barnard, Hilde Keteleer, Jeroen Brouwers, Erik De Kuyper et de tant d’autres intellectuels de toutes les disciplines.

La ratification de la convention-cadre sur la protection des minorités tout comme la signature d’un accord culturel entre flamands et francophones ne doivent plus être des tabous. Il y va de la paix communautaire dans notre pays et du respect de la diversité linguistique et culturelle si cher à l’Europe. La Flandre ne peut se mettre au ban de l’Union européenne…"

Pour plus d’informations

Nous vous renvoyons à l’article "L’APFF lance un appel aux intellectuels flamands", publié dans le numéro 28 (mai-juin 2004) des "Nouvelles de Flandre". Cet article peut aussi être consulté en ligne – http://www.dmnet.be/ndf/main/fr/pgarfr/arfr150.html.

Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF asbl)
Secrétariat: Spreeuwenlaan 12, B-8420 De Haan, Belgique.
Téléphone: +32(0)59.23.77.01
Télécopie: +32(0)59.23.77.02
GSM: +32(0)477.85.29.69
Courriel: apff@dmnet.be
Site: http://www.dmnet.be/ndf

(le 12 mai 2004 )