ABANDON DU FRANÇAIS

Voici encore un exemple d’abandon du français, cette fois ci à Roubaix, dans
le Nord de la France. Pour les non-Français, je précise que la conférence
dont-il s’agit ci-dessous est organisée dans le cadre de "Lille 2004, capitale
européenne de la culture".

La Condition Publique à Roubaix accueille ces jours ci un rassemblement de
400 étudiants en architecture de toute l’europe.

Une bonne affaire pour Roubaix, pense-t-on, mais à quel prix du point de vue
"identité" ?

* Presque tous les documents indiquent "EASA LILLE" et seulement en petit
l’adresse exacte à Roubaix
* Tous les documents, panneaux et conférences sont en ANGLAIS
* et, suprême recul, certaines conférences sont ouvertes au public et
d’ailleurs, la Voix du Nord s’en est fait l’écho ; et bien là aussi les
interventions sont en anglais alors que ce sont des Français qui interviennent
sur le territoire français !! Et c’est ainsi que l’ART DECO, devient "decorative
art", ce qui n’est pas la même chose, l’expression française indiquant un
mouvement artistique précis alors que la traduction anglaise signifie seulement
un art qui décore !! Ne croyez pas que ma réaction soit un rejet de tout ce qui
est étranger ; d’abord si j’étais dans un pays anglophone, je me ferais un
devoir de parler anglais, ensuite, il s’agit de diversité culturelle et même
politique. Si la France devient seulement un lieu de localisation d’activités
selon un modèle qui nous est étranger, nous devenons des colonisés.

Pourquoi la Mairie de Roubaix a-t-elle accepté ces conditions d’organisation?
Ou s’il s’agit d’un évènement Lille 2004, on voit que le visage de la "culture
européenne" est celui du monde anglo-saxon, alors que les anglophones de langue
maternelle représentent 15 % de l’Europe !! Et, entre langue anglaise et ultra
libéralisme économique, le pas est vite franchi ! Comme quoi, rien de cela n’est
neutre !

Jacques Malaise
jacques.malaise@nordnet.fr

(Le 16 août 2004)