SITE UNILINGUE ANGLAIS D’EURODICAUTOM

SITE UNILINGUE ANGLAIS D’EURODICAUTOM

"The result will reflect Europe’s linguistic diversity and richness."
(
http://europa.eu.int/eurodicautom/edic/response_DG.jsp
)

Monsieur le chef d’unité,
Hubert.Paesmans@cec.eu.int

Vous avez déjà du recevoir de nombreuses plaintes à l’égard de la politique
linguistique d’Eurodicautom. Celle-ci ne fera que s’ajouter aux précédentes. Je
m’étonne que vous puissiez sans rire parler de "diversité et de richesse
linguistique de l’Europe" quand votre site est exclusivement anglophone.

Je crois que votre site est l’un des seuls de la Commission européenne a ne
même pas "faire semblant" de pratiquer le multilinguisme. Tous les sites
disposent au moins d’une page d’accueil en plusieurs langues.

L’argument fallacieux qui ne manquera pas de survenir, selon lequel
Eurodicautom est un service interne de la Commission, qui n’a donc pas à
respecter le principe de l’égalité des langues dans l’Union européenne, doit
être rejeté.

Il implique d’une part que tous les fonctionnaires de la Commission / de
l’UE, maîtrisent assez l’anglais pour comprendre l’historique d’Eurodicautom (http://europa.eu.int/eurodicautom/Controller?ACTION=about),
le guide de l’utilisateur (http://europa.eu.int/eurodicautom/Controller?ACTION=guide),
les dernières nouvelles (http://europa.eu.int/eurodicautom/Controller?ACTION=whatsnew),
alors que ceux-ci ne sont tenus que de parler une autre langue de l’UE (et non
nécessairement l’anglais) en sus de leur langue maternelle. On ne voit pas
pourquoi les personnes parlant un anglais courant devraient être favorisées par
rapport à ceux qui parlent d’autres langues. Cela participe également de
l’anglophonie grandissante de la Commission, et tend à accréditer la thèse qu’au
fond, les autres langues sont bien inutiles, l’anglais étant la lingua franca.
On n’utilisera désormais plus les langues nationales que pour communiquer avec
les citoyens. Entre soi, parlons juste anglais, faisons fi, justement, de la
diversité linguistique qui n’est bonne qu’à être défendue à l’extérieur, mais
aucunement à être mise en pratique en interne. C’est là une autre manifestation
de la fermeture du monde communautaire. Vous participez ainsi au mouvement qui
fait, par exemple, qu’un nombre croissant de fonctionnaires européens,
incapables d’aligner trois mots en néerlandais ou en français, vivent reclus à
Bruxelles, sans le moindre contact avec la population locale. "Rapprocher
l’Europe des citoyens": une belle expression! Mais quand à tenter de la mettre
en pratique…

Cela m’amène, d’autre part, au fait qu’Eurodicautom n’est pas seulement
utilisé par les services de la Commission, mais est très utile à de nombreux
autres citoyens qui travaillent dans un environement multilingue, et qui sont
passablement irrités que le service ne soit pas fourni dans leur langue (ou, à
tout le moins, qu’ils n’aient pas le choix entre plusieurs langues).

On souhaiterait donc que la diversité linguistique s’applique en premier lieu
à ceux qui s’en font les chantres officiels.

J’attends avec impatience votre réponse (en français, s’il vous plaît:
article 41, paragraphe 4, de la Charte des droits fondamentaux de l’Union
européenne et article 21 du TCE).

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le chef
d’unité, l’expression de ma considération distinguée.

Adam Valency
multilinguisme@gmx.net

PS: je ne suis pas un de ces nationalistes invétérés, mais un fédéraliste
européen, qui aimerait bien que l’UE soit un peu plus qu’un creuset anglo-saxon.

c.c.
panayota.kalamvoka@cec.eu.int
;
wolfgang.osterheld@cec.eu.int;
andre.dagneaux@cec.eu.int;
agustin.jimenez@cec.eu.int

(Le 15 août 2003)

EURODICAUTOM RéPOND

Cher Monsieur Bonet-Heras,

Votre maîtrise du français est parfaite, et j’espère pouvoir un jour
atteindre un niveau équivalent en espagnol.

Je vous remercie de votre aimable réponse et en prends bonne note. J’attends
avec impatience le nouvel interface succédant à Eurodicautom et suis persuadé
que les informaticiens de la Commission européenne trouveront le moyen de faire
coexister plusieurs langues dans ce service.

Bien cordialement,
Adam Valency
multilinguisme@gmx.net

—– Original Message —–
From: Josep.Bonet-Heras@cec.eu.int

To: multilinguisme@gmx.net
Cc: afrav@tiscali.fr ;

imperatif@imperatif-francais.org

Sent: Thursday, August 21, 2003 1:56 PM
Subject: RE: Le site d’Eurodicautom

Monsieur Valency,

Permettez-moi que je vous écrive dans une langue qui n’est pas la mienne,
mais que je pratique largement chaque jour. Vous devrez excuser mes fautes de
français, que j’aimerais maîtriser convenablement sans y parvenir.

Je crois que vous avez raison en presque tout ce que vous dites. Toutefois,
je crois que vous méritez quelques explications.

Eurodicautom se présente, comme vous avez remarqué, seulement en anglais. Et
ceci a des raisons partiellement techniques –à une époque ce n’était pas facile
de générer des interfaces dynamiques multilingues; il est beaucoup plus
difficile à maintenir, etc.– et aussi pratiques. Comme vous signalez, la base
est à usage interne de nos traducteurs et tous les traducteurs connaissent
l’anglais. J’ajoute que tous connaissent aussi le français. Comme on dit dans la
langue de ma mère: "en casa del herrero, cuchillo de palo", affirmation qui
contredit le dicton français selon lequel "on n’est mieux servi que par
soi-même". En fait, la population traductrice est la moins nécessitée de
traductions, étant elle-même traductrice. Ceci s’applique aussi, je pense, au
monde extérieur.

En deuxième lieu, si Eurodicautom se présente en anglais, c’est peut-être à
cause d’un hasard. En effet, l’ancien Service de Traduction, devenu Direction
générale de la Traduction le 1 juillet dernier, est considéré comme une
Direction générale largement francophone et rares sont les applications
informatiques internes qui ne sont pas en français. Ceci ne laisse pas de causer
des problèmes à certains secrétaires des nouvelles langues, qui connaissent tous
l’anglais, mais plus rarement le français. En théorie ils pourraient connaître
seulement le grec et le finnois. En pratique, ce n’est pas le cas, car il faut
pouvoir communiquer. Mais cette communication se fait surtout en français, mais
aussi en anglais, allemand ou espagnol. Il existent des cas où d’autres langues
sont utilisées.

Mais revenons à Eurodicautom. Maintenant il est, je crains, un peu tard pour
changer les interfaces, car Eurodicautom devra bientôt se dissoudre dans une
base plus large reprenant celles de toutes les institutions européennes. Comme
il est en phase de fermeture, on ne peut pas y toucher. Mais des discussions sur
la future base sont en route en ce qui concerne les langues. Personnellement je
pense que l’urgence est plutôt aux fichiers à lire, dont il faut disposer dans
les vingt langues officielles. Mais qu’on devrait analyser la possibilité de
tout avoir multilingue. J’espère que les conclusions soient satisfaisantes pour
tous.

Finalement je vous signale que l’unité de M. Paesmans a été fortement
remaniée et que la nouvelle unité A-1 prend en charge les bases terminologiques.

Bien à vous,

—————————
Josep Bonet
Chef de l’Unité DGT-A-01
Traduction et outils multilingues
Bâtiment Jean Monnet JMO A2/101
L-2920 Luxembourg
Tél. : ++352 4301 34759
Fax : ++352 4301 34309