RFO ST-PIERRE-ET-MIQUELON

RFO sera brouillée au printemps

(L’article suivant extrait de l’édition du 29 janvier 2003 du journal Le Soleil de Québec découle du texte AUTO-MUTILATION LINGUISTIQUE ET CULTURELLE publié sur notre site internet.)

Les abonnés de la télévision numérique ou par satellite qui regardent RFO, la chaîne française de Saint-Pierre-et-Miquelon, devront s’en passer prochainement : à la suite suite de plaintes répétées de TV5, le gouvernement français a tranché et donné l’instruction de ne plus permettre la diffusion de RFO au Canada dès ce printemps.

Disponible chez nous depuis novembre 1999, RFO diffuse en primeur plusieurs émissions que nos chaînes diffusent par la suite, surtout TV5. Par exemple, les épisodes des feuilletons Les Feux de l’amour et Top modèles diffusés à RFO ont une avance de plusieurs années sur ceux de TVA. Toutes des émissions pour lesquelles la France a acquis des droits de diffusion sur son seul territoire. Voilà qui ne faisait pas du tout l’affaire de TV5, dont le public apprécie le même type de programmation.

Informé de la situation, le député de Saint-Pierre-et-Miquelon, Gérard Grignon, est parti en guerre contre le ministre français de la Culture et de la Communication. Il qualifie l’affaire "d’auto-mutilation linguistique et culturelle", précisant que de nombreuses chaînes américaines envahissent le territoire canadien sans qu’on en fasse de cas. Il suggère que, pour satisfaire tout le monde, on puisse créer un canal RFO composé d’émissions libres de droits.

Dommage pour ceux qui suivaient des émissions comme Questions pour un champion, ça se discute, la version française d’Un gars, une fille et le journal télévisé de TF1, que seule RFO diffuse ici.

**********
Note d’Impératif français :
Nous vous invitons à communiquer vos commentaires aux députés et ministres de l’Assemblée nationale française au moyen des adresses électroniques que vous trouverez sur la page internet : www.assemblee-nationale.fr/12/tribun/comm3.asp

Nous vous remercions de votre collaboration.