RDI ET L’ANGLICISATION SUBLIMINALE

RDI ET L’ANGLICISATION SUBLIMINALE

Mercredi midi, le 5 février, il y avait une émission au réseau de télé RDI
traitant des « révélations » du Secrétaire d’état Collin Powell des éUA au sujet
de l’Irak, et des répliques qui ont suivi au Conseil de Sécurité des
Nations-Unies. Ses propos étaient rapportés en traduction simultanée et on
pouvait l’entendre en sourdine.

Or, quand ce fut le tour du Ministre des Affaires étrangères de France,
Dominique de Villepin, les responsables « radio-canadiens » ont fait une chose
invraisemblable qui semble avoir échappée à tous, y compris aux commentateurs
présents (mais j’en doute pour ces derniers, dont Jocelyn Coulon…) qui n’ont
fait aucun commentaire sur ce point par la suite.

Pendant un bref instant, à peine une seconde, celui qui prêtait bien
l’oreille a pu entendre, mais très faiblement, M. de Villepin parler français.
Mais, immédiatement, on l’a coupé et une interprète s’est mise à traduire en
anglais. Sans plus tarder, c’est un interprète « radio-canadien » qui a commencé
à TRADUIRE EN FRANçAIS LA TRADUCTION ANGLAISE, aussi invraisemblable que ça
puisse paraître ! Pendant ce temps, à la chaîne anglaise de nouvelles (CBC), on
pouvait assez clairement entendre M. de Villepin en français, avec traduction
simultanée en anglais… !

Par conséquent, tous ceux qui ne se sont pas aperçu du subterfuge ont
certainement cru que le Ministre français parlait en anglais au Conseil de
Sécurité de l’O.N.U., avec les conséquences qu’on devine chez ceux qui sont
obnubilés par l’anglais : le français n’a plus d’importance, même les Français
ne le parlent plus ! Donc, on est justifié de soutenir l’enseignement de
l’anglais aux petits Québécois, dès la maternelle de préférence, comme le
soutiennent certains adeptes de la survivance folklorique.

On peut s’attendre à ce que la direction de RDI trouve le prétexte d’une «
panne » quelconque pour se justifier éventuellement. Toutefois, aux nouvelles de
TQS qui ont suivi, on a pu entendre M. de Villepin parler en français…

Il semble bien qu’on a là un bel exemple de manipulation subliminale des
esprits de la part d’un organe de propagande canadienne au Québec, et ce avec le
produit de nos impôts : il faut le faire, payer un interprète pour nous faire
cette passe ! Cela rejoint les tendances marquées de la programmation à la
chaîne culturelle de Radio-Canada depuis quelques années, surtout depuis le
début de 1996 comme par hasard. En effet, les auditeurs assidus ont sans doute
remarqué l’incroyable augmentation du nombre de chansons de toutes sortes en
anglais qu’on nous passe à toutes heures du jour. On semble vouloir rivaliser
avec les radios privées saturées de tapage anglo-américain abrutissant…

Continuerons-nous encore longtemps de subir les conséquences de l’annexion du
Québec par le Canada et de sa mainmise sur des secteurs vitaux comme
l’information ?

JL DION
JL.Dion@tr.cgocable.ca

(Le 7 février 2003)