QUÉBEC ANGLICISE L’OUTAOUAIS

QUéBEC ANGLICISE L’OUTAOUAIS

(L’article suivant est extrait du journal LeDroit du samedi 23 août 2003.)

Le "hasard" a voulu que l’anglais prime sur la scène du Casino cet automne

Bélanger, Mathieu

L’anglais primera tout l’automne sur la scène du Théâtre du casino du
Lac-Leamy.

La programmation automnale du casino ne laisse que très peu de place à la
langue de Molière. Deux des quatre spectacles présentés en soirée le seront
exclusivement en anglais tandis que les deux autres productions sont
bilingues, liant l’anglais et l’italien.

En matinée, deux productions amalgameront l’anglais et le français et deux
autres écartent totalement le français.

La directrice du Théâtre du casino, Diane Chevrier, explique que la
programmation a été conçue en fonction des artistes qui étaient disponibles
à l’automne. "C’est un hasard que la majorité de nos spectacles soient
anglais, plaide la directrice. C’est n’est pas une action liée au marketing.
Nous avons cherché à présenter des productions en français." Le printemps
dernier, la programmation du Théâtre du Casino était à forte teneur
francophone.

Mme Chevrier estime que la population francophone ne se sentira pas lésée
par cette programmation. "Les francophones ont comme particularité d’être
imprégnés par la culture anglophone et je suis assuré que les spectacles que
nous présenterons cet automne connaîtront un succès auprès de cette
clientèle."

Le Théâtre du casino est présentement à la recherche de moyens pour
développer le marché anglophone, principalement celui de l’Ontario.

"C’est un gros marché et nous voulons démontrer que nous avons une salle de
spectacle extraordinaire, lance Mme Chevrier. Cependant, nous cherchons
encore notre identité et nous étudions ce qui fonctionne et ce qui ne
fonctionne pas. Nous voulons attirer le public anglophone, mais sans perdre
nos spectateurs francophones."

Le ministre responsable de l’Outaouais, Benoît Pelletier, a déclaré que
cette programmation était probablement le fruit d’une malheureuse
coïncidence et que le milieu artistique québécois devrait exploiter plus le
français dans les productions de variétés.

M. Pelletier soutient cependant que la langue française doit être au coeur
des préoccupations du Théâtre du casino. "Le casino a une vocation régionale
qui lui impose de promouvoir un produit francophone, indique-t-il. Il a
aussi une vocation touristique, mais les touristes qui viennent au Québec
doivent s’attendre à vivre une réalité francophone, sans toutefois qu’elle
soit omniprésente. Le casino doit aussi répondre à la demande provenant de
l’Ontario et des états-Unis."

"Révoltant"

Invité à réagir sur cette nouvelle programmation, le président d’Impératif
français, Jean-Paul Perreault, s’est dit révolté de voir que "le
gouvernement du Québec, par l’entremise du Casino du Lac-Leamy, banalise
notre culture en donnant plus de place à la culture anglo-saxonne, la même
qui tente de nous assimiler."

"Les Québécois ne paient pas des impôts pour que le gouvernement soit le
fossoyeur de notre culture francophone qui a bien besoin d’être valorisée,
ici en Outaouais", ajoute-t-il

Selon M. Perreault, la raison évoquée par Mme Chevrier pour la programmation
a fort contenu anglophone n’est pas valable. "Il existe énormément
d’artistes francophones de grand talent, dont certains ont un rayonnement
international, dit-il. Le français doit occuper une place de choix dans la
programmation du casino, sinon la première."

*********
Note d’Impératif français – Quelques adresses utiles :

Loto-Québec
service_clientele@loto-quebec.com

M. Benoît Pelletier
Ministre responsable de l’Outaouais
ministre.saic@mce.gouv.qc.ca

AUTRES TEXTES SUR LOTO-QUéBEC PUBLIéS DANS LE SITE D’IMPéRATIF FRANçAIS :

LOTO-QUÉBEC
Le pouvoir et les politiques d’achat du gouvernement ne doivent pas servir à
angliciser le Québec et la francophonie.

LES CASINOS DU QUÉBEC
Racoler le public anglais et américain.