QUEBEC ALLIANCE

QUEBEC ALLIANCE
Le président Brent Tyler accusé de voies de fait.

Le journal La Presse du 12 janvier 2003 nous apprend que Brent Tyler,
président de Quebec Alliance,organisme voué à l’anglicisation du Québec,
comparaîtra en cour prochainement pour répondre à de nouvelles accusations
criminelles : « Le président d’Alliance-Québec comparaîtra en mai. Il est
accusé de voies de fait. Après avoir été reconnu coupable de voies de fait
il y a cinq ans, deux nouvelles accusations criminelles ont été portées
contre cet avocat, qui clame son innocence.»

Le journaliste de La Presse, François Cardinal enchaîne : « Les événements
qu’on lui reproche remontent au printemps dernier, lors d’une réunion des
membres de la section Ouest d’Alliance Québec dans un hôtel de
Pointe-Claire. Alors président par intérim de l’organisme, Brent Tyler
aurait attaqué le président de l’aile jeunesse d’Alliance Québec,
Christopher Dye, et son frère, Phillip. Selon les témoignages, c’est un
Brent Tyler très tendu qui aurait invectivé Christopher Dye à plusieurs
reprises, le 14 avril, en raison de la dissidence que lui et les autres
membres de la section jeunesse avaient manifestée à l’encontre de
l’organisme. Mécontent de voir qu’une autre personne, Phillip Dye en
l’occurrence, filmait ses faits et gestes, M. Tyler se serait alors élancé
avec violence sur ce dernier, le bousculant et jetant au sol sa caméra.
Quelques minutes plus tard, alors que Christopher Dye retournait à
l’intérieur de l’hôtel pour signaler à sa famille qu’il quittait les lieux,
Brent Tyler l’aurait rejoint afin de lui faire un croc-en-jambe. »

La Presse rapporte que «deux plaintes, l’une pour voies de fait et l’autre
pour voies de fait et méfait, ont alors été déposées.»

Le même article nous apprend « que, en 1995, M. Tyler avait été poursuivi
parce qu’il avait frappé un piéton à coups de pied au visage après être
passé à un cheveu de l’écraser en voiture. En 1997, il était reconnu
coupable et recevait une absolution conditionnelle.»

M. Tyler aurait déclaré y voir un complot pour « discréditer Alliance Québec
et moi personnellement».

(Le 16 janvier 2003)