PUBLICITÉ ALLEMANDE

PUBLICITé ALLEMANDE
L’anglais omniprésent dans la publicité allemande.

[Traduction et résumé rapides]

Article intéressant du Spiegel sur l’omniprésence de l’anglais dans la
publicité allemande (même pour des produits et services très locaux),
slogans mal compris par la majorité des consommateurs mais tellement chics !


http://www.spiegel.de/spiegel/0,1518,265536,00.html

L’échantillon était constitué de 1104 personnes de 14 à 49 ans dont la
langue maternelle est l’allemand (les résultats sont donc sans doute pire
dans l’ensemble de la population, car les jeunes et les vieux comprennent
encore moins bien l’anglais…).

Seuls 59 pour cent de cet échantillon pouvaient traduire correctement le
slogan publicitaire pourtant classique de McDonald «Every time a good time»,
18% le slogan de Mitsubishi «Drive alive», quelques-un pensaient même qu’il
s’agissait de survivre à la conduite.

Le slogan de la chaîne satellitaire germanophone Sat. 1. "Powered by
emotions" a été interprété par plusieurs comme étant équivalent à « la force
par la joie », ce qui doit plaire au nouveau propriétaire israélien Haim Saban.

Si moins de 20% des personnes sondées comprenaient correctement le message
publicitaire d’Audi « Driven by instinct », la moitié trouvait néanmoins le
slogan bon.

Le groupe énergétique RWE de Essen a récemment adopté le slogan «One group.
Multi Utilities» apparemment parce qu’une entreprise aux ambitions
internationales (mais dont le marché est singulièrement concentré en
Rhénanie) se doit d’avoir un message planétaire (on ne voit pas vraiment le
rapport avec un message unilingue, mais bon). Seuls 8% des personnes
sondées comprenaient le sens du nouveau slogan, plusieurs suggérant comme
traduction des interprétations charmantes comme « Sans groupe,
multiculturel ».

Cette étude changera-t-elle quelque chose ? C’est peu probable d’après son
commanditaire. Car en allemand un «JobCenter» c’est tellement mieux qu’un
Centre d’emploi, une «Anti Aging Skin Soothing Lotion» qu’une lotion
antirides et un «CityCall» qu’un appel local!

Patrick Andries
hapax@iquebec.com

(Le 29 septembre 2003)