MINORITÉ FRANCOPHONE DE FLANDRE

Soutien international à la minorité francophone de Flandre

Une centaine d’intellectuels francophones de vingt pays différents ont signé
une lettre à l’attention des parlementaires belges.

Cette démarche fait suite à la communication qu’a faite M. Edgar Fonck,
directeur de l’Association pour la promotion de la francophonie en Flandre
(APFF) à Québec au colloque de "L’Année francophone internationale". L’objet
de cette communication était d’examiner les moyens mis en oeuvre des deux
côtés de l’Atlantique pour permettre à la langue et à la culture françaises
de s’exprimer librement et aux minorités de trouver leur épanouissement.

Face à la protection de leurs minorités francophones respectives, le Canada
et la Belgique ont choisi deux voies radicalement différentes.

Le Canada, comme les autorités européennes, a choisi de créer un climat de
tolérance et de dialogue afin de permettre à la diversité culturelle d’être
une source, ainsi qu’un facteur, non de division, mais d’enrichissement pour
chaque communauté.

La Belgique et plus particulièrement la Flandre a choisi le repli sur soi.
Cette dernière se rend elle compte que, si elle persiste dans cette voie,
elle risque de se trouver un jour au ban de l’Europe?

Le sort des francophones vivant en Flandre se jouera lors de la prochaine
législature. C’est alors qu’apparaîtra la volonté politique des différents
partis de reconnaître ou non une minorité francophone en Flandre.

A propos de l’APFF

L’Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF) ne
poursuit aucun but politique et n’entend nullement remettre en cause le
statut linguistique de la Flandre. Elle veut simplement que le français,
l’une de nos langues officielles, ait droit de cité en Flandre au même titre
que toute autre langue.

Cette promotion de la francophonie, l’APFF la réalise notamment en publiant
sur son site internet le magazine "Nouvelles de Flandre"
( http://www.dmnet.be/ndf
). On peut y trouver outre l’agenda des activités en
français, les adresses des ressources francophones en Flandre, des articles
et des informations sur la francophonie en général. Un bulletin, version
papier du magazine, est également édité tous les deux mois.

Toute personne intéressée par l’APFF peut en devenir membre. La cotisation
annuelle s’élève à 12,50 EUR pour la Belgique et 20 EUR pour l’Etranger à
verser au compte 210-0433429-85 (IBAN BE89 2100 4334 2985) de l’APFF asbl.
Les membres et les donateurs reçoivent le magazine "Nouvelles de Flandre"
tous les deux mois.

Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF asbl)
Spreeuwenlaan 12, B-8420 De Haan, Belgique
Téléphone: +32(0)59.23.77.01
Télécopie: +32(0)59.23.77.02
Courriel: apff@dmnet.be
Site: http://www.dmnet.be/ndf

A l’attention des Parlementaires belges

Madame, Monsieur,

Suite à la communication de M. Edgar Fonck, directeur de l’Association pour
la promotion de la francophonie en Flandre, au Colloque organisé par
"L’Année francophone internationale", à Québec, nous avons appris la
situation dans laquelle se trouvent les 300.000 Francophones qui vivent en
Flandre.

Nous avons pris connaissance de la longue lutte menée par le peuple flamand
pour voir reconnaître sa langue et sa culture. Mais aujourd’hui, tous les
objectifs que s’était assignés le mouvement flamand ont été atteints et
même, à certains égards, dépassés. Le néerlandais est la langue officielle
de la Flandre. Dans l’Etat fédéral qu’est devenue la Belgique, la Flandre
est majoritaire.

Dans ces conditions, nous trouvons absolument inacceptable l’état d’esprit
qui règne en Flandre à l’endroit des Francophones. Ils n’entendent
absolument pas remettre en cause le statut linguistique de la Flandre. Les
Flamands n’ont aucune raison de craindre une "refrancisation" qui serait
d’ailleurs impossible dans le contexte légal qui a été fixé.

Les Francophones demandent seulement le respect de certains droits normaux
tel que celui de développer des activités culturelles dans leur langue.

Pour exercer des activités culturelles, il faut, bien entendu, des moyens
financiers. Or, les autorités flamandes ont obtenu qu’il soit interdit à la
Communauté française de Belgique, de continuer à subventionner les
associations culturelles francophones actives en Flandre. Alors que, d’autre
part, les mêmes autorités flamandes ont fait savoir clairement qu’elles
n’apporteraient aucune aide à ces associations. C’est ce qui s’appelle un
étranglement entre deux portes et c’est, à terme, la disparition de la
culture française en Flandre qui est en jeu.

Devant cet état de fait, les Francophones vivant en Flandre sont bien
obligés de revendiquer un statut de minorité qui, seul apparemment, peut
leur valoir le respect de leurs droits .

Mme Lili Nabholz, qui a établi un rapport pour le Conseil de l’Europe,
reconnaît qu’il y a, effectivement, une minorité francophone en Flandre. Le
contenu de son rapport a été approuvé par l’assemblée européenne le 26
septembre 2002.

A l’occasion de la constitution d’un nouveau gouvernement en Belgique, nous
en appelons à toutes les autorités belges pour qu’elles pressent les hommes
politiques flamands à accepter de ratifier la Convention-cadre sur la
protection des minorités, d’ailleurs déjà signée.

Les représentants des Francophones de Flandre nous apparaissent comme étant
des hommes de bonne volonté, ouverts à un dialogue raisonnable et
respectueux, pour leur part, de la culture flamande. Voudrait-on bien les
entendre sans préjugés?

Veuillez croire, Madame, Monsieur, à ma haute considération.

– M. Pierre Alexandre, Membre du Conseil d’administration, Association
francophone d’éducation comparée, France
– Mme Joane D. Beaudin, Secrétaire de direction, Université du Québec à
Trois-Rivières, (Québec), Canada
– M. Michel Beaudin, Gouverneur région Mauricie, Club Richelieu, (Québec),
Canada
– Mme Raimunda Bedasse, Présidente, Association des Professeurs de Français de
l’Etat de Bahia, Brésil
– Mme Thérèse Bernard, Université Laval, Québec, Canada
– Mme Sophie Bernier, Analyste politique, Patrimoine canadien, Hull, (Québec),
Canada
– Mme Mélanie Bérubé, Chargée de projets, L’Année francophone internationale,
Québec, Canada
– Mme Carole Bessette, Ecrivain, Professeur de Littérature, Cap-Rouge, (Québec),
Canada
– M. Raymond Besson, Président, Cercle littéraire des écrivains cheminots,
Paris, France
– M. Michel Bideaux, Professeur émérite, Université Paul-Valéry, Montpellier,
France
– Mme Anik Blais, Conseillère en politique, Hull, (Québec), Canada
– M. Romey Borges, Professeur en retraite, Jawaharlal Nehru University, New
Delhi, Inde
– M. Roger Brisson, Administrateur du district Fleuve Saint-Laurent, Club
Richelieu, (Québec), Canada
– M. Olivier Camandone, Journaliste, France
– M. Jean Claude Castelain, Canada
– Mme Tamara Ceban, Chargé de cours, Université Pédagogique «Ion Creanga»,
Moldavie
– Mme Johanne Charset, L’Année francophone internationale, Québec, Canada
– M. David Cheramie, Directeur exécutif, Conseil pour le développement du
français en Louisiane, Etats-Unis
– Mme Louise Choquette, Traductrice, Radio-Canada, Canada
– M. Jean-Paul Clément, Directeur, Maison de Chateaubriand, Châtenay-Malabry,
France
– Mme Ruxandra Constantinescu-Stefanel, Maître de conférences, Académie d’études
économiques de Bucarest, Roumanie
– M. Mathieu d’Avignon, Historien, Université Laval, Québec, Canada
– M. Raoul-Philippe Danaho, Membre titulaire, Académie des Sciences d’Outre-Mer,
Paris, France
– Mme Sylvie de la Sablonnière, Club Richelieu, (Québec), Canada
– Mme Barbara de Vlieger, Professeur, Campion College, Université de Régina,
(Saskatchewan), Canada
– M. Marceau Déchamps, Vice-Président, Défense de la langue française, Paris,
France
– M. Papa Diop, Professeur, Université de Paris XII, France
– M. Rodrigue Dubé, Club Richelieu Ste-Foy, Québec, Canada
– M. Jean Dutourd, de l’Académie française, Paris, France
– M. Antoine Edjenguele, Président, Mission pour la culture et l’éducation,
Douala, Cameroun
– M. Bernard Emont, Ecrivain, Secrétaire général, Prix France-Acadie, Paris,
France
– Mme Chantal Fortier, Directrice adjointe, L’Année francophone internationale,
Québec, Canada
– M. Yves Frenette, Directeur de département, Collège universitaire Glendon,
Toronto, (Ontario), Canada
– Mme Agathe Gagné-Collard, Club Richelieu Ste-Foy, Québec, Canada
– Mme Odile Gannier, Maître de conférences, Université de Nice, France
– M. Paul-Emile Gareau, Club Richelieu Ste-Foy, Québec, Canada
– Mme Marie Ange Garrandeau, Réalisatrice, Radio France, France
– M. Jean-Marie Gautherot, Association des Directeurs de Centres universitaires
d’études françaises pour étrangers, Strasbourg, France
– M. Selom Gbanou, Professeur, Université de Bayreuth, Allemagne
– M. Ogée Gildas, Secrétaire général, Biennale de la langue française,
Villennes-sur-Seine, France
– Mme Frédérique Elise Hanet, Université de Montréal, (Québec), Canada
– M. Fernand Harvey, Professeur, Institut national de la recherche scientifique,
Québec, Canada
– M. Loïc Hervouet, Directeur général, Ecole supérieure de journalisme de Lille,
France
– Mme Rolande Honorien-Rostal, Enseignante, Clamart, France
– Mme Christine Iskandar, Université du Caire, Egypte
– M. Ahmed Ismaïli, Professeur, Faculté des lettres et sciences humaines,
Meknes, Maroc
– Mme Ogée Jeanne, Vice-Présidente, Biennale de la langue française,
Villennes-sur-Seine, France
– M. Christian Jost, Maître de conférences, Université de la Nouvelle-Calédonie,
Nouméa, France
– Mme Dominique Jouve, Professeur, Université de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa,
France
– M. Charles Kapanga Kapelle, Professeur agrégé, Université Laurentienne, Canada
– M. Peter Klaus, Professeur, Freie Universität Berlin, Allemagne
– M. Jozef Kwaterko, Professeur, Universite de Varsovie, Pologne
– Mme Dany Labelle, Boisbriand (Québec), Canada
– M. Yves Laberge, Professeur associé, Université Laval, Québec, Canada
– M. Gérard Lafleur, Historien, Education nationale, (Guadeloupe), France
– M. Fernando Lambert, Professeur émérite, Université Laval, Québec, Canada
– Mme Armelle Le Bras-Chopard, Professeur, Université Versailles-St-Quentin,
France
– M. Jean-Paul Létourneau, Président, Association québécoise des échanges
internationaux, Québec, Canada
– M. Pierre Lexert, Ecrivain, Directeur, Institut valdôtain de la Culture, Val
d’Aoste, Italie
– Mme Eileen Lohka, Université de Calgary, (Alberta), Canada
– M. Philippe Loubière, Rédacteur en chef, Revue Lettre(s), Paris, France
– M. Dean Louder, Professeur, Université Laval, Québec, Canada
– Mme Antonine Maillet, Ecrivain, Prix Goncourt 1979, Acadie, Canada
– Mme Lydia Martel, Université Laval, Québec, Canada
– Mme Carmen Mata Barreiro, Professeur titulaire, Universidad autonoma de
Madrid, Espagne
– M. Gabriel Mbikayi Musungu, Secrétaire général, Solidarité jeunesse
francophone, Kinshasa-Gombe, Congo (RDC)
– M. Clément Mbom, Président, Société des Professeurs de français et
francophones d’Amérique, New York, Etats-Unis
– Mme Paré Michèle, Analyste, Patrimoine canadien, Hull, (Québec), Canada
– M. Medard Mini-Mini, Directeur de la rédaction, Rafigui presse jeunes,
N’Djamena, Tchad
– M. Daniel Miroux, Président, Alliance Champlain, Nouméa, (Nouvelle-Calédonie),
France
– M. Nobutaka Miura, Professeur, Université Chûô, Tokyo, Japon
– Mme Guillemette Mouren-Verret, Secrétaire générale, Défense de la langue
française, Paris, France
– M. Michel Noël, Ecrivain, Canada
– M. Marc Ouellet, Boisbriand (Québec), Canada
– M. Robert A. Papen, Professeur titulaire, Université du Québec à Montréal,
(Québec), Canada
– Mme Lucie Parent, Vice-Présidente, Maison de la francophonie, Québec, Canada
– Mme Loriane Pedurant, Université de La Réunion, France
– M. Wilhem B. Pellemans, Président, Association des médecins de langue
française du Canada, Montréal (Québec), Canada
– Mme Mariana Perisanu, Maître de conférences, Académie d’études économiques de
Bucarest, Roumanie
– Mme Christiane Piché, Vice-Rectrice aux études, Université Laval, Québec,
Canada
– M. Jean-Charles Pietacho, Chef, Conseil des Innus de Ekuantshit, Canada
– Mme Caroline Plançon, Doctorante, Paris, France
– M. Pablo Poblete, Représentant de la Francophonie de l’Amérique du Sud
(Argentine, Uruguay, Chili), Chili
– M. Georges Poirier, Journaliste, France-Québec magazine, Rennes, France
– Mme Catherine Pont-Humbert, Productrice, France Culture, Paris, France
– M. Nicola Potvin, Agent de développement, L’Année francophone internationale,
Québec, Canada
– M. Daniel Jonas Rano, Université de Metz, France
– M. Giles Revaz, Professeur, Université de Lausanne, Suisse
– M. René-Michel Roberge, Adjoint au Vice-Recteur, Université de Laval, Québec,
Canada
– M. Mourad Sellami, Président, Club Rotaract de Québec, (Québec), Canada
– Mme Samia Spencer, Professeur, Auburn University, Alabama, Etats-Unis
– M. Atanassov Stoyan, Professeur, Université de Sofia, Bulgarie
– Mme Stéphanie Tésio, (Québec), Canada
– M. Michel Tétu, Directeur, L’Année francophone internationale, Québec, Canada
– Mme Françoise Tétu de Labsade, Professeur titulaire, Université Laval, Québec,
Canada
– Mme Laura Anne Thompson, Enseignante, Conseil scolaire Centre-Nord, Canada
– M. François Thouvenin, Traducteur-réviseur, Conseil de l’Europe, Strasbourg,
France
– Mme Lucia Tinline, Université de Calgary, (Alberta), Canada
– M. Francis Tremblay, Chargé de cours, Université du Québec à Montréal,
(Québec), Canada
– M. Jacques Tremblay, Président, Maison de la francophonie, Québec, Canada
– M. Robert Tremblay, Club Richelieu Ste-Foy, Québec, Canada
– M. Jean-Michel Verret, Neurologue, Le Mans, France
– Mme Sylvie Vincent, Anthropologue, Canada
– M. Alain Vuillemin, Professeur, Université d’Artois, Vincennes, France

De Haan (Belgique), le 17 juin 2003