LOGICIELS EN FRANÇAIS

LOGICIELS EN FRANçAIS
France – Combat pour obtenir des logiciels en français.

En tant que délégué syndical dans mon entreprise, je me suis opposé
à la mise en place de logiciels en anglais qui allait avoir lieu suite à une
décision prise par la direction. Après 4 mois de tractations argumentées, la
même direction a tout fait remettre en français.

Cette action a valu à notre syndicat une progression aux élections dans
l’entreprise passant de 9 % à 32 % en représentativité.

C’était il y a quatre ans, et nous sommes mentionnés dans le numéro de
décembre 2003 de l’Expansion.

Le français disparaît petit à petit du monde du travail. Il n’y a pas
de prise de conscience de l’importance des enjeux.

J’ai alerté mes colllègues sur le sens de certains mots et de leur
conséquences, p. ex. : les mots «manager» et «coach».

Le mot «manager» vient du français provençal «manade», «manadier», pensez à
Crin Blanc, il a donné «manège», espace où l’on dresse les chevaux… Voilà
pour le mot «manadjeur»; l’accepter, c’est considérer le salarié comme un
cheval; j’ai proposé au personnel de garder le mot «cadre».

Quant au mot «coach», apparu plus tardivement dans les entreprises,
il vient lui aussi du français, soit de «cocher». Nous avions le cheval,
voici le cocher, dont la fonction est de conduire le cheval avec son fouet :
fouette cocher!

Le respect de la personne humaine passe par le vocabulaire.

Jean-Loup Cuisiniez
délégué du personnel et délégué syndical
jln.cuisiniez@wanadoo.fr

(Le 22 décembre 2003)