L’EUROPE INTERDIT L’USAGE DU FRANÇAIS

L’Europe interdit l’usage du français

De plus en plus, Bruxelles oblige les citoyens européens à communiquer
uniquement en anglais dans le cadre de programmes communautaires. La Commission
européenne défavorise-t-elle ainsi les personnes qui peuvent travailler en
français ou dans d’autres langues?

BRUXELLES 01/04/2002.

La diversité culturelle et linguistique est présentée comme l’un des atouts
majeurs de l’Europe. Le multilinguisme est la ‘marque de fabrique’ de l’Union, à
la différence de toutes les autres puissances, actuelles ou passées. A
l’approche de l’élargissement, ce principe d’égalité entre les langues
officielles est de plus en plus bafoué par la Commission européenne.
Aujourd’hui, dans le cadre d’un nombre croissant de programmes communautaires,
Bruxelles oblige les citoyens à rédiger leurs communications uniquement en
anglais. De ce fait, les Français n’ont plus le droit d’utiliser leur langue
maternelle en France pour se justifier ou expliquer leurs actions dans le cadre
de ces programmes européens. Même les employés de langue française de la
Commission sont tenus de communiquer en anglais avec des citoyens francophones.
L’anglais est donc la seule langue admise pour des programmes comme SAPARD
(agriculture), des appels d’offre publiques, des conférences et des publications
de la Commission.

"La France ne fait plus mention de ces discriminations linguistiques alors
que l’exclusion, par la Commission européenne, de toutes les autres langues sauf
de l’anglais est une atteinte inacceptable au principe de l’égalité des langues
officielles dans l’Union européenne," affirme Renato Corsetti, président de
l’Association Mondiale d’Espéranto (UEA – Universala Esperanto-Asocio). Créée en
1908 comme rassemblement d’espérantophones pour l’égalité entre les langues,
l’UEA compte aujourd’hui plus de 20 000 membres dans 117 pays. Selon cette
association, l’Europe défavorise les personnes qui peuvent travailler en
français ou dans d’autres langues. "Les non-anglophones ont tout simplement
moins de chances quand l’anglais est la seule langue admise," poursuit Corsetti.
"La nouvelle ne surprendra pas les habitués des négociations à Bruxelles où les
multinationales ainsi que les consultants britaniquues et américains sont déjà
les champions de la gestion des projets financés par les fonds communautaires."
Quelques organisations européennes, telle la ‘European Training Foundation’,
favorisent tellement les entreprises anglophones qu’elles imposent, comme
condition dans leurs appels d’offre, l’embauche d’anglophones de naissance.
"D’habiles juristes au service de la Commission arriveront peut-être à justifier
le recours à la seule langue anglaise et par des seuls natifs anglophones. Ces
stipulations n’en restent pas moins discriminatoires."

Dans sa déclaration du 14 février 2003 sur l’emploi de la langue française,
le premier ministre français Jean-Pierre Raffarin a souligné une fois de plus
l’importance du multlinguisme dans l’Union européenne et a réaffirmé la volonté
de promouvoir l’utilisation du français. Malgré ces déclarations, Renato
Corsetti, président de l’Association mondiale d’Espéranto, note que le
gouvernement français ne condamne plus l’exclusion par Bruxelles de toutes les
autres langues sauf de l’anglais et n’agit pas en faveur de l’égalité
linguistique. "Le prix du multilinguisme à 11 langues se monte à 1 % du budget
de l’UE, soit 2,7 euros par citoyen et par an. L’élargissement doit accroître la
diversité des langues et les citoyens européens de 25 états membres pourront
employer leur propre langue dans les relations avec les institutions
européennes." Le règlement du Conseil de l’Union européenne du 15 avril 1958
stipule que les neuf langues officielles – donc aussi le français – ont des
droits égaux en tant que langues de travail de la Commission européenne et en
tant que langues officielles de l’Union. "En outre, au conseil tenu à Luxembourg
en juin 1995, les ministres européens ont invité la Commission à prendre en
considération la diversité et l’égalité linguistiques dans les programmes
communautaires," dit Corsetti (Voir ‘Diversité et pluralisme linguistique dans
l’Union européenne’:
http://lingvo.org/fr/2/24
).

L’exclusion par Bruxelles de toutes les autres langues sauf de l’anglais
semble favoriser la discrimination linguistique par des organisations
européennes qui, dans leurs annonces de recrutement, s’adressent de plus en plus
souvent exclusivement aux anglophones de naissance en précisant "English mother
tongue" ou "English native speakers" (cf. une liste de 500 annonces de ce type
sur le site:
http://lingvo.org/fr/2/15
). "Dans ces circonstances, la politique
linguistique de la France, si elle défendait seulement les droits de la langue
française en parlant de plurilinguisme et passait sous silence les droits
linguistiques des autres citoyens européens, manquerait à sa vocation humaniste.
Seule une politique linguistique basée sur une véritable égalité des langues
peut obtenir le soutien de tous les Européens contre cette ‘politique du tout
anglais’ mise en place par la Commission européenne," dit Corsetti, professeur
de pyscholinguistique à l’université de Rome.

Corsetti craint que, en imposant l’anglais les multinationales françaises ou
européennes, ainsi que des organisations européennes comme la Commission
européenne, ne découragent finalement les Européens d’apprendre d’autres langues
que l’anglais. "Du fait des privilèges de plus en plus nombreux accordés aux
anglophones de naissance, les jeunes Européens en arrivent à penser qu’il n’y a
aucune raison d’apprendre d’autres langues que l’anglais puisque dès maintenant
l’Europe interdit pratiquement d’utiliser celles-là. Durant toute l’année 2001
proclamée ‘Année européenne des langues’, avec une hypocrisie qui nous stupéfie,
la Commission européenne a déployé beaucoup d’éloquence et dépensé beaucoup
d’argent pour préconiser l’enseignement des langues étrangères, alors que dans
le même temps elle mettait en place l’obligation d’utiliser la seule langue
anglaise dans de nombreux cas." Selon Corsetti, l’Union européenne ne doit pas
être une société anonyme qui devrait à tout prix chercher à minimiser ses
dépenses. "C’est une construction politique fondée sur le droit et la
démocratie. Or l’exercice du débat démocratique passe par le droit de tout
citoyen européen à y participer dans sa propre langue. Cela a un coût certain."

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec la rédaction :
kontakto@lingvo.org, tél. :
0032-(0)485-988.239). Le secrétariat international d’UEA est disponible pour des
informations concernant la langue internationale Espéranto, à : Nieuwe Binnenweg
176, 3015 BJ Rotterdam, Nederlando, Tél. : +31 10 436 1044, Télécopie : +31 10
436 1751, http://www.uea.org/,
uea@inter.nl.net. Logiciel gratuit pour
apprendre l’espéranto:
http://www.ikurso.net/
Informations supplémentaires sur l’espéranto
http://lingvo.org/3/250

Quelques exemples de l’exclusion de toute autre langue officielle sauf de
l’anglais

Tacis

"Tacis … Guidelines for Applicants … December 2002 … Applicants must
apply in English … The relevant articles should be translated in English …
Partnership statements signed by the persons managing the relevant institutions
of applicant and all project partners must be in English … " 12/2002


http://europa.eu.int/comm/europeaid/projects/tacis_cbc_spf/files/documents/guidelines_2003_tmpf.pdf


Training tender

"European Commission (DG Trade) … Invitation to tender related to a
training programme for developing countries’ trade negotiators and
administrators … All reports, recommendations and dossiers prepared by the
Contractor under the contract shall be in English … organise and run a
training programme (in English)…" 07.11.2002


Training tender

"… Invitation to tender related to courses/training on cost accounting
theory and practice … The course shall be held in English … All reports,
recommendations and dossiers prepared by the Consultant under the contract shall
be in English. 28.10.2002 European Commission."


Combat social exclusion

"Community action programme aimed at encouraging co-operation between Member
States to combat social exclusion … Restricted call for proposals for
Candidate Countries … The application form is made up of three separate parts
… It must be completed in English … Subsequent correspondence concerning the
application will be in English … The final report must be submitted in
English. 10/10/2002. European Commission"


http://www.eum.hu/eum/hasznos/GUIDE-VP-2002-15-CandCountries_en.doc


DG Agriculture newsletter

"… The European Commission’s DG Agriculture has launched a new e-mail
service. This newsletter will provide its subscribers with news about EU
agriculture and the Commission’s activities in this field. At present, this
service is available only in English." 31/03/2003.


http://www.welcomeurope.com/


European Training Foundation

"Tender … … Qualifications … ability to provide native speakers to
carry out the editing services (e.g. English texts dealt with by native English
speakers etc.) … Awarding authority type … EC institutions"

Tenders Electronic Daily, 15/05/2002


Economic analysis in support of multilateral and bilateral negotiations.

"Invitation to tender … All reports, recommendations and dossiers prepared
by the Consultant under the contract shall be in English. European Commission
… Brussels, 11.3.2002"


Texte diffusé par kontakto@lingvo.org