LES  » JUNO AWARDS « 

LES " JUNO AWARDS "
Nos impôts et nos taxes financent l’unilinguisme anglais !

Mme Diane Deans, conseillère à la ville d’Ottawa, se plaignait cette semaine
dans les médias anglophones qu’il y avait trop d’allusion à la ville de
Gatineau dans les photos publicitaires du site web des " Juno Awards ". Les
responsables du site ont respecté les voeux de la conseillère et ont modifié
les photographies la journée même.

D’un côté de la rivière, on brandit le spectre des méchants Québécois et on
défend avec ardeur ses propres convictions. De l’autre, nos élus québécois,
fiers à leurs habitudes, tendent l’autre joue en offrant des centaines de
milliers de dollars pour financer cet événement pancanadien sans demander le
moindre contenu bilingue du site internet (www.juno-awards.ca)
de cette
entreprise (Canadian Academy of Recording Arts and Sciences) qui semble se
moquer des citoyens francophones de la région et du pays tout entier.

Loto-Québec, Patrimoine Canada, l’Association touristique de l’Outaouais
(Outaouais Tourism), la Commission de la capitale nationale, la Ville de
Gatineau et j’en passe, utilisent nos impôts et nos taxes pour nous cacher à
la face du monde. S’ils n’osent plus défendre nos intérêts culturels, à qui
doit-on s’adresser maintenant ?

Daniel Duclos, Gatineau, Québec
D.duclos@sympatico.ca

(Le 28 janvier 2003)