LE SITE

LE SITE
Francophonie – Il y va de de notre liberté, de notre "exception culturelle".

Lu sur un forum européen "Fenêtre sur l’Europe"

http://www.fenetreeuropetv.com/forum/read.php?f=1&i=5309&t=5024
:

Lu dans La Libre Belgique de ce mercredi 19 novembre 2003 (auteur: Jacques
Mercier, animateur de la RTBF, alias Monsieur Dico dudit journal).

Le site.
(comme dans Cyrano de Bergerac, c’est le titre).

Nous le savons, c’est souvent dans les textes de publicité que se glissent,
sous le couvert d’être "branché", "dans le coup", des erreurs de langage, des
approximations, des liaisons incorrectes et surtout ces mots anglais, que par
ailleurs nous essayons de contenir dans de justes proposrtions.

Pouvez-vous justifier qu’aujourd’hui encore une "pub" télévisée nous demande
d’aller voir sur son "website"? C’est pourtant une des traductions qui s’est
imposée facilement: le site!

Nous avons tout à y perdre en utilisant de cette manière inconsciente ces
termes anglo-saxons: nos racines, notre culture, notre âme.

Même si ces traductions se font un peu à la fois, au fil de l’usage et de la
facilité des usagers: ainsi les "cookies" deviennent difficilement des
"mouchards", les "emoticons" des "frimousses", les "hackers" des "fouineurs";
alors que que la "page d’accueil" passe bien pour la "homepage", l’internaute" a
bien traduit le "cybernaut", le "forum" a remplacé le "newsgroup" et… le
"site" est devenu en français ce que les Anglais appellent le "website"!

Encore faudrait-il que nous soyons tous concernés, du consommateur, du
téléspectateur, de l’auditeur jusqu’aux responsables de radio, de télé et de
publicité!

Il y va de de notre liberté, de notre "exception culturelle". (On en est donc
là: nous sommes devenus une exception face à l’internationalisation américaine!)
Sommes-nous le dernier village gaulois qui résiste à m’envahisseur?

L’appartenance à une culture au sens large du terme trouve son expression
maximale quand la région a gardé sa langue…

(Ce texte nous a été communiqué le 20 novembre 2003 par notre correspondant,
M. Germain Pirlot gepir.apro@pandora.be
)