LE JOURNAL DE SAINT-LAMBERT

LE JOURNAL DE SAINT-LAMBERT
La fumisterie d’un rédacteur en chef.

Je viens de lire l’hebdomadaire bilingue LE JOURNAL DE SAINT-LAMBERT /
SAINT-LAMBERT JOURNAL, édition du 22 janvier 2003. J’ai été sidéré et surtout en
colère du commentaire du rédacteur en chef, David Leonardo, dans son éditorial
de la semaine; le titre, "Appuyons la politique de bilinguisme dans les services
de Longueuil".

L’éditorial commence par "Le maire Jacques Olivier a tenu sa promesse: la
nouvelle ville de Longueuil est pour tout le monde. Le meilleur exemple en est
le traitement accordé aux anglophones, le plus grand minoritaire." Il se termine
par " Les efforts de la nouvelle ville sont appréciés. Même s’ils sont presque
tous bilingues, la meilleure chose que puissent faire les anglophones et les
allophones, c’est de profiter des services municipaux en anglais afin d’en
justifier l’existence…."

Ce qui me dérange ( sans me servir de mon québécois) c’est la suggestion
dudit monsieur que même les allophones devraient s’en prévaloir!

IMPéRATIF FRANçAIS a déjà publié mes lettres sur la bilinguisation de la
troisième ville en importance au Québec. Je réintère mon voeu, que Longueuil
soit une ville de langue française! Qu’on y encourage la francisation des
non-francophones de la nouvelle ville à un pont de Montréal! Comment peut-on
favoriser le français en offrant des services anglais aux non-francophones?
C’est du non-sens qui va à l’encontre de la francisation!

Pendant ce temps-là, les francophones malades du Manitoba se font soigner en
anglais! "Le plus meilleur pays au monde" mon oeil ou comme on dit en anglais,
"my foot"(mon pied)!

Jeffrey George,

Spécialiste en anglais, langue seconde
jeffreyleprof@hotmail.com

(Le 23 janvier 2003)