L’ACFO PROVINCIALE SUSPEND SES ACTIVITÉS

L’ACFO PROVINCIALE SUSPEND SES ACTIVITéS

L’Association canadienne-française de l’Ontario, l’ACFO provinciale, se
retrouve
dans la triste obligation de devoir suspendre ses activités à compter du 19
décembre
2003. C’est avec un très grand regret que le conseil d’administration de l’ACFO

provinciale a pris cette décision et en a informé ses employés.

L’ACFO provinciale se retrouve dans une situation financière intolérable,
qui s’aggrave d’année en année depuis 1993, date à laquelle Patrimoine
canadien a commencé à réduire le financement qu’il nous accorde chaque année.
(De 761 792 $ en 1992 à 225 000 $ en 2003, soit une baisse de 70,5 %).

En mars 2003, Patrimoine canadien nous informait que le Comité des demandes
de l’Entente Canada-communauté Ontario (ECCO) recommandait pour l’ACFO
provinciale un financement de programmation de 190 000 $ pour l’année
financière 2003-2004, une réduction de 40 % par rapport à ontinuer à fonctionner

à rabais et de remplir notre mandat avec efficacité et honnêteté. Si les
bailleurs de fonds,
nos membres et la communauté en général, ne sont pas prêts à soutenir notre
organisme
pendant qu’il se renouvelle, notre organisme n’a plus de raison d’être. Il faut
se
rendre à l’évidence.

Le conseil d’administration de l’ACFO provinciale ne sera pas dissout dans
l’immédiat et continuera à s’occuper des dossiers dans la mesure de ses
moyens et de ses ressources. Entre autres, le conseil a hâte de lire le
contenu du rapport de la démarche de positionnement stratégique qui devrait
nous être remis en janvier 2004 et nous présenter des pistes d’action
dynamiques et innovatrices.

En terminant, nous tenons à remercier sincèrement notre personnel, une
équipe dynamique, créative et loyale avec laquelle nous avions développé des
objectifs ambitieux. Ce n’est pas leur talent, leurs idées, leur dévotion et
leur énergie qui sont en cause ici. Au contraire, c’est pour protéger notre
personnel que nous refusons de prolonger artificiellement l’agonie de l’ACFO
provinciale.

Nous remercions les organismes qui nous ont manifesté leur soutien et
déclaré leurs intentions de travailler avec nous. Nous remercions les agents
de programmes des bailleurs de fonds et des agences qui ont coopéré avec
nous dans la limite des paramètres qui leur étaient imposés.

Pour de plus amples renseignements :

Emma de Réan, 416-595-5585, 1-866-866-2236,
acfoprov@acfo.ca

(Toronto, 4 décembre 2003)

(Ce texte nous a été communiqué par M. Jean Poirrier, président de l’ACFO
régional de Prescott et Russell)