IMPÉRIALISME ANGLO-SAXON

IMPéRIALISME ANGLO-SAXON
L’emploi de l’anglais accroît l’influence politique des pays anglophones.

Il est bien loin le temps des corsaires du Roi qui se battaient aux quatre
coins du monde en faisant la nique aux Anglais pour l’honneur de notre Drapeau
et de nos Armes.

Dire que la langue française est impérialiste en Afrique ou ailleurs, c’est
comme dire qu’il y a une paille dans l’oeil de la Francophonie sans voir qu’il y
a une poutre dans celui du monde anglo-saxon qui tend à nous mondialiser.

Pour vous en rendre compte, je vous conseillerai la lecture de l’excellent
livre de Charles Durand, "La mise en place des monopoles du savoir" (chez
l’Harmattan). Vous y trouverez-là un argumentaire implacable contre le tout
anglais, un argumentaire émanant d’un universitaire, qui plus est, a passé plus
de 20 ans aux Etats-Unis.

Trouvez, ci-après, quelques pensées de "tendres et innocents" anglophones.

David Rothkopf, Directeur général du cabinet de consultants Kissinger
Associates disait : "Il y va de l’intérêt économique et politique des Etat-Unis
de veiller à ce que, si le monde adopte une langue commune, ce soit l’anglais"
(Le Monde Diplomatique – août 1998)

Margaret Thatcher lors d’une conférence aux Etat-unis, s’en prend
violemment à ceux qui s’opposent à cette évidence : aux XXIe siècle, le pouvoir
dominant est l’amérique, la langue dominante est l’anglais, le modèle économique
est le capitalisme anglo-saxon", d’où une puissance unique, une langue unique,
une idéologie unique, un système unique. (Marianne 31 juillet 2000)

Richards dans l’Anglo American Report 1961, rapport longtemps
tenu caché du public disait entre autres choses : "Un ministre de Education peut
ne pas être un bon juge des intérêts de son pays et il convient de lui rappeller
que l’anglais est le véhicule de tout ce qui a été pensé et senti au cours des
siècles comme il est la clef de l’avenir prodigieux qui nous attend. Si les pays
non anglophones peuvent décider eux-même de leur politique, ils ont néanmoins
besoin d’être guidés fermement afin qu’ils puissent apprécier ce qui est bon
pour eux. En conséquence, si les ministres de l’Education, manquent de
reconnaître cette vérité, parce qu’ils sont aveuglés par leur nationalisme,
c’est le devoir des représentants du noyau des anglophones de passer outre" etc.

"Notre langue est tout près d’être universelle. Voici quelques années, elle a
été acceptée avec le français comme l’une des deux principales langues de la CE,
maintenant elle doit devenir l’unique langue officielle de la Communauté (Daily
Mail
)"

" L’emploi de l’anglais accroît l’influence politique des pays anglophones
beaucoup plus puissamment qu’une forte économie ou une grande puissance de feu
(Washington Post)"

Cédric Lenivel
34 Montpellier
France
AFRAVFR@aol.com

(Le 8 janvier 2003)